emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Normandie-Habillement se taille une formation sur mesure

 | par Marion Deye

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Pour pallier ses problèmes de recrutement, un groupement d'une douzaine de PME textiles pérennise un cursus de formation menacé de fermeture.

Avoir besoin de main-d'oeuvre qualifiée et voir se fermer plusieurs filières de formation dans la région, voilà la situation dans laquelle se sont retrouvées quatorze entreprises textiles de Basse-Normandie en 2005. Réunies en majorité au sein du syndicat professionnel Normandie-Habillement, elles décident de réagir. « Nous savions que nous devions embaucher. Il nous manquait des compétences et 70 % de nos salariés avaient plus de 40 ans », raconte Marc Pradal, le président du syndicat et PDG de Kiplay, l'une des sociétés adhérentes.

Le rectorat ne compte pourtant pas revenir sur les fermetures prévues : le secteur textile n'est plus porteur. « Après la décennie de licenciements et de fermetures d'entreprises que nous venions de vivre, notre image était déplorable », se souvient le président. Le syndicat propose alors un marché à son interlocuteur : si la filière peut prouver la réalité de ses futurs recrutements, le rectorat s'engagera à maintenir les formations existantes.

convaincu, le rectorat fait marche arrière

Un audit, financé par la Drire et Normandie-Habillement, est commandé à Henri René, un expert indépendant, spécialiste du secteur. Ses conclusions sont claires : non seulement l'effectif des entreprises locales s'est stabilisé depuis 2004, mais il remonte. Par ailleurs, le niveau de qualification des salariés en poste dans les entreprises s'est considérablement élevé. Leur profil a changé : l'ouvrier est devenu un opérateur qualifié - voire très qualifié - capable de polyvalence. Les besoins en compétences techniques dans les sociétés sont évidents. Un chiffre minimum de 120 personnes à recruter d'ici à 2015 est avancé...

Convaincu, le rectorat fait marche arrière. Mais il faut adapter et élargir les formations proposées. Normandie-Habillement, l'Education nationale, la Drire, le conseil régional, les organismes de formation et de promotion économique entérinent un plan d'action. « Pour améliorer le contenu des cursus, l'engagement des entreprises était indispensable. Nous devions absolument créer des passerelles entre nos métiers et les formations », explique Marc Pradal.

Des stages pour les élèves et les professeurs sont organisés chez les adhérents du syndicat. Les chefs d'entreprise s'investissent dans la correction des travaux des étudiants, participent à l'élaboration des programmes et envoient des salariés présenter leur métier aux élèves... Une formation en apprentissage et un bac professionnel sont créés.

Autre champ d'action, la promotion du secteur textile auprès des jeunes : « Nous avons choisi de communiquer autour de la thématique "le monde de la mode", en utilisant des supports attractifs », complète Marc Pradal. Un site internet, un DVD et des plaquettes de présentation viennent d'être lancés. .

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8855 offres d’emploi en ligne

Fermer X