emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur

Nos conseils pour apprendre à parler en public

 | par 

Nos conseils pour apprendre à parler en public
Pour mieux parler en public, il faut prendre des cours de chant ou de théâtre. Les techniques de respiration et de posture physique apprises sont alors utiles à la bonne prise de parole.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La « prez » (présentation d’un projet en français) est un exercice imposé à chacun par notre nouvelle économie. Mais c’est une pratique difficile pour des Français habitués, dès le plus jeune âge, à plus écouter que prendre la parole. Nos conseils pour réussir, malgré tout, son discours.

 

Depuis Steve Job, ses jeans, son micro et son col roulé, chacun sait intuitivement que sa prochaine présentation ne tiendra pas la comparaison avec celle du maitre. Mais on peut s’en rapprocher. Car la prise de parole en public s’apprend, se peaufine. Etre authentique, à l’aise, détendu est la résultante d’un important travail. Il faut donner l’impression d’improviser. Cela doit se préparer. Sans cela, l’orateur court à la catastrophe. Ou alors c’est un coup de chance qui ne se reproduira pas. « Pour réussir cet exercice, je donnerai trois principaux conseils, explique Ysabelle Cordeil-Le Millin, auteure de « La parole est à vous » (Dunod) et présidente de l’organisme de formation Meras-Network. Elle propose des stages visant à améliorer la prise de parole en public. Il faut tout d’abord se préparer mentalement et physiquement. Il est impératif de ne pas lire son texte mais de définir des idées clefs et de s’exprimer en fonction des points forts de son discours. Ensuite, il faut soigner son apparence. Elle doit correspondre à son auditoire et au message véhiculé. Enfin, il est impératif de répéter son intervention tant sur la forme que sur le fond. Et surtout ne pas croire que maitriser un sujet fait de soi un bon orateur ».

 

« Pas de technique miracle »

Pour cela, il faut mettre le ton, l’intonation et demander à ses proches de donner leur avis sur sa “prez”. Ils devront être sincère et en position, de façon bienveillante, de corriger le tir si besoin. Sur la forme, une bonne présentation ne doit pas durer plus de 20 minutes. Les conférences TEDx, très à la mode, prône même un temps de parole de 18 minutes… C’est, grosso modo, le temps pendant lequel une attention peut être soutenue. Au-delà, la vigilance du public faiblit. Pour les adeptes de la présentation au long cours, il faudra donc, sous peine d’assommer son auditoire, soit réviser sa position et faire court, soit offrir, à la salle, toutes les 20 minutes, une pause humoristique, philosophique ou personnelle… Il faut aussi choisir un outil/technique de présentation. Ce peut être le PowerPoint, le TEDx, le Prezi, le PechaKucha. « Il n’y a pas de technique miracle, poursuit Loïc Gaté, enseignant à l’école des Mines d’Albi-Carmaux qui forme les élèves-ingénieurs à la prise de parole en public à travers des jeux de rôle. Il faut en expérimenter le plus possible et trouver celle qui correspond à sa personnalité et à son auditoire ».

 

Expliquer sa légitimité

Quoiqu’il en soit, il faudra aussi avoir en tête un plan réfléchi. Le mieux est de définir 5 idées-clefs avec, pour chacune, 4 sous-parties. Il faut ensuite expliquer sa légitimité (en quoi suis-je un expert de la question), en quoi cela concerne les auditeurs, en quoi c’est important d’en parler. Puis, il faudra énoncer son plan.

Il est aussi important d’avoir réfléchi aux questions qui pourraient être posées. Il faur avoir défini si l’intervention est suivi d’un débat ou non. Et si le public peut poser ou non des questions pendant la présentation. L’environnement devra aussi avoir été vérifié pour valider la qualité du micro, du système informatique, de l’accoustique de la salle. Lors de la présentation, l’orateur doit faire attention à sa gestuelle et garder le contact visuel avec tous. Il peut en profiter pour accueillir le public et commencer sa « prez » en disant « Comme je le signalais à cette femme du 3e rang, le sujet qui nous réunit est d’une grande importance ». Cela permet d’ouvrir un discours et de créer du lien.

 

Des mots pour le (bien) dire

François Laure est directeur associé chez CAA, cabinet de conseil parisien en formation et auteur de "Les mots pour réussir ensemble" (Dunod) coécrit avec Janksy Jarocki.

« Pour réussir une présentation orale, il faut bien choisir ses mots et ne pas minimiser son message. C'est pourquoi il faut privilégier le "Je" ou le nom de l'entreprise au "On". Ce dernier désengage la personne prenant la parole. De la même façon, il faut être factuel et préférer la phrase "Ce semestre, mon équipe a réalisé 70 % des objectifs de l'année" plutôt que de préciser "Je pense que l'on va faire un bon résultat cette année". Il faudra aussi bannir les formulations minimalistes comme "un peu" ou "une petite réunion". Tout cela est dévalorisant pour la personne qui expose et pour son auditoire.  Il faut aussi éviter de mettre en avant les différences entre soi et son public. Les ingénieurs qui précisent aux commerciaux toute l'étendue de leurs dissemblances ne vont pas dans le bon sens. Mieux vaut expliquer ce qui rassemble. Ce peut être le lancement d'un produit qui, pour les commerciaux comme pour les ingénieurs, est de qualité. Pour démarrer, il faudra débuter par une accroche comme un chiffre clé du style "Un quart des appels n'est pas pris en charge par le standard. C'est ce qui me préoccupe. Nous allons régler ce problème majeur".  En fin d’intervention, il sera important de finir par une phrase nette de conclusion comme "Je vous remercie de votre écoute" et d’éviter le traditionnel « voilà… » qui laisse votre présentation et l’auditoire en suspens ».

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Les meilleures pratiques plébiscitées à l’étranger

Les meilleures pratiques plébiscitées à l’étranger

Comment se former quand on est en situation de handicap ?

Comment se former quand on est en situation de handicap ?

Comment financer un bilan de compétences

Comment financer un bilan de compétences

Les 4 stratégies pour intégrer un Top MBA

Les 4 stratégies pour intégrer un Top MBA

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

6540 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X