emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Nos conseils pour négocier du télétravail

 | par Gwenole Guiomard

Nos conseils pour négocier du télétravail
Nicole Turbé-Suetens.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Pour obtenir un télétravail, un salarié doit expliquer à son employeur tous les intérêts de cette organisation. Pas facile dans une France aux pratiques managériales basées sur la défiance et le contact visuel.

Le télétravail ne convient pas à tous les travailleurs. Pour instaurer ce mode d’organisation, le salarié devra donc démontrer que sa fonction est « télétravaillable ». Il doit aussi prouver à son employeur qu’il a réfléchi aux conséquences de ce télétravail sur l’ensemble de l’entreprise.

Une fois ces bases posées, il faut convaincre son dirigeant des bienfaits du télétravail. Ces derniers sont nombreux. Cette pratique améliore tout d’abord la production de l’entreprise. Les experts tablent sur des augmentations de productivité comprises entre 10 et 30 % tant sur la quantité que sur la qualité. C’est le premier point : le télétravail rapporte. Ensuite, il permet de restreindre les déplacements domicile-travail. Cela diminue donc la fatigue du salarié, améliore son bien-être au travail et sa volonté de rester dans son entreprise. Selon une étude britannique, un salarié met 30 minutes pour se « remettre » de son voyage domicile-travail. En une semaine, cela représente une demi-journée de perdue. Le télétravail offre d’autres intérêts. Comme celui de familiariser les salariés avec le monde des technologies de l’information et de la communication. Il instaure aussi un management basé sur la confiance et sur des objectifs. Le salarié est alors plus opérationnel pour tous les travaux de réflexion et d’analyse. Il est moins dérangé que sur site.

 

« Deux jours par semaine »

Ensuite, il faudra rassurer des employeurs français parfois frileux. Le salarié doit ainsi expliquer à son employeur que le télétravail est réversible. L’on peut débuter par une expérimentation de 6 mois pour mesurer si cela convient à tout le monde. « Pour démarrer, je conseille au salarié de demander un télétravail de tout au plus deux jours par semaine, précise Nicole Turbé-Suetens, coauteur du « Télétravail en France. Les salariés sont prêts » et dirigeante du cabinet spécialisé en organisation du travail Distance Expert. Ces jours peuvent s’étaler « régulièrement » sur une quinzaine ou sur le mois si cela est plus compatible avec les obligations du service dans lequel il travaille. Quelqu’un qui doit régulièrement se concentrer sur ces dossiers et qui évolue dans un open space bruyant argumentera facilement l’amélioration de ses conditions de travail pour un meilleur rendu. Si à cela s’ajoutent plus de deux heures de trajet par jour… ».

 

« Des PME s’y mettent »

Reste ensuite la question de la négociation financière du télétravail. Le droit du travail impose à l’employeur l’obligation de fournir le matériel pour le télétravail. Cela équivaut, si le salarié n’est pas déjà équipé, à un surcoût d’environ 500 à 1000 euros par an (coût de l’ordinateur portable et de l’abonnement téléphonique/internet). C’est donc un coût négligeable. Il suffit de très peu de gain de productivité pour l’amortir. « Le frein principal est ailleurs, poursuit François Fatoux, délégué général de l’ORSE (observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises) qui vient de publier un état des lieux juridiques pour négocier le télétravail dans les entreprises. La culture managériale française part de l’idée que les salariés sont à contrôler pour qu’ils travaillent. C’est pourquoi le télétravail est difficile à mettre en œuvre ». Mais les mentalités évoluent vite. « Il y a quatre ans, les projets sur le télétravail étaient rarissimes, conclut Philippe Planterose, président de l’association française du télétravail et des téléactivités. Aujourd’hui, plus d’une centaine d’entreprises, dont la quasi totalité du CAC 40, a signé des accords sur ce thème. Des PME s’y mettent. Je suis surpris par la vitesse de croissance du phénomène. »

 

La perception du télétravail par les employeurs aquitains

Grégory Moullec est ingénieur d’études et auteur de l’« Enquête sur le télétravail dans les entreprises aquitaines » réalisée en 2011.

« Dans notre étude, nous montrons que le télétravail est perçu de façon ambivalente. Pour certains employeurs, cette pratique est considérée positivement : c’est une chance pour améliorer la qualité de la vie des salariés. Cela permet également de régler les problèmes d’embouteillage à Bordeaux, Pau ou Bayonne-Anglet-Biarritz tout comme la pollution. Cela améliore la productivité de 10 à 25 %, permet d’augmenter la concentration du personnel et l’intégration des salariés handicapés. D’un autre côté, certaines entreprises ont une perception négative du phénomène. Elles y voient en premier lieu une inconnue en matière de coût. Ensuite, elles estiment que le management à la française n’est pas adapté au télétravail. Ce dernier serait réservé aux fondus d’informatique. Elles considèrent aussi que la qualité des connexions avec l’extérieur pose problème et qu’il est difficile d’évaluer le télétravail avant de l’avoir essayé. Les entreprises ne souhaitant pas instaurer le télétravail considère, en outre, que ce dernier est également incompatible avec l’activité de l’entreprise ou qu’elles redoutent la déstructuration de l'esprit de cohésion de leurs équipes. A noter, enfin, que la moitié des entreprises déclare manquer d'informations sur la pratique du télétravail ».

 

 

 


Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5027 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X