emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Parachutes dorés : le gouvernement presse les entreprises d’agir

Parachutes dorés : le gouvernement presse les entreprises d’agir
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Si les entreprises n’indiquent pas clairement qu’elles appliqueront les propositions du Medef, le gouvernement fera voter une loi durcissant les conditions d’attribution des stock options et autres parachutes dorés.

Pour Laurence Parisot, c’est une semi victoire. Les propositions qu’elle a présentées hier, lundi 6 octobre, sur la rémunération des dirigeants ont été avalisées par le gouvernement très en pointe sur le dossier. Finis les parachutes dorés en cas d’échec ou de départ volontaire, limitation de ceux-ci à deux ans de salaire, fin du cumul d’un mandat social et d’un contrat de travail… 

 Toutefois, à l’issue du conseil des ministres, la présidence de la république a précisé dans un communiqué : "Le gouvernement souhaite que les conseils d'administration des entreprises concernées adhèrent formellement à ces recommandations avant la fin de l'année 2008 et veillent à leur application rigoureuse. A défaut, elles seraient reprises dans un projet de loi dès le début 2009".

Laurence Parisot estimait, pour sa part, qu’il ne fallait pas obliger les entreprises. Selon elle, la pression de l’opinion suffirait à les convaincre d’appliquer les recommandations, étant donné les effets dévastateurs des parachutes dorés attribués aux dirigeants d’entreprise en déroute. N. Sarkozy, soumis à la pression de l’opinion dans un climat économique particulièrement inquiétant, ne peut visiblement pas « donner le temps au temps ».

Par ailleurs, le gouvernement veut généraliser la distribution des stock-options. Plus question qu’il soit réservé à quelques dirigeants. Pratiquement, cela se fera sous la forme d’un amendement déposé par le gouvernement à la loi sur les revenus du travail, lors de son examen à venir par le Sénat.

Les contrats existants seront-ils concernés ? Si la loi ne peut être rétroactive, les dirigeants vont-ils accepter une révision de leur contrat ? La question est d’autant plus délicate, qu’un « scandale » pourra toujours survenir aussi longtemps que de « vieilles » clauses demeureront.


Christophe Bys

 

Lire aussi : www.usinenouvelle.com/emploi/salaires-7/remuneration-des-dirigeants-vers-la-fin-des-parachutes-dores.1083.html

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5284 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X