emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Peut-on dire "non" à un collègue trop serviable ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Peut-on dire non à un collègue trop serviable ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Françoise Dissaux-Doutriaux, directrice du cabinet K Personna, les gens serviables peuvent devenir envahissants : « Ils ne le font pas forcément pour prendre l’ascendant, mais souvent parce qu’ils cherchent à s’intégrer, à être aimés et parce qu’ils ont vraiment envie de rendre service. Mais cela dit, leur attitude peut générer un sentiment d’étouffement ou d’envahissement chez leurs collègues. »
Il est délicat de couper court à leur aide : « Il est très difficile de leur expliquer qu’ils envahissent votre espace. Car, le plus souvent, ils n’ont pas de volonté de nuire, ils sont éventuellement en demande et il y a un risque de les blesser. » Il faut prendre son courage à deux mains : « Il ne faut pas laisser pourrir la situation.
On en arrivera à ne plus supporter l’autre. Et cet agacement va conduire la personne serviable à en rajouter car elle pensera qu’on ne l’aime pas et que, pour être aimée, il lui faut rendre davantage de services. » Mais aussi se remettre en cause : « Beaucoup de gens utilisent les autres et les mettent dans un état de dépendance. Jusqu’au jour où cela ne les arrange plus. Or, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. »

Conclusion

«Dans l’entreprise, on souffre beaucoup de comportements fondés sur “ moi d’abord, les autres après ”, reprend Françoise Dissaux- Doutriaux. L’entraide y a donc sa place. Mais à condition qu’elle soit réciproque, proposée et non imposée. Et qu’elle ne dissimule pas de la curiosité un peu malsaine ou une volonté de mainmise. Il ne faut pas hésiter à mettre cartes sur table si l’on se rend compte que la personne qui vous rend service ne respecte pas la confidentialité des informations ou les utilise pour se mettre en valeur. »

Comment ça se passe chez Balaton

"Non, non... Il sera de retour dans une demi-heure peut-être... Redonnez-moi votre nom... je lui laisserai le message... Et, je peux vous demander si c'est d'ordre privé ou professionnel ?... Ah, d'accord, très bien... Dès qu'il arrive, je lui en parle... Merci, au revoir... »
Joëlle, l'une des informaticiennes de Balaton, raccrocha le téléphone tout en continuant à prendre des notes sur un post-it. Lorsqu'elle releva les yeux, elle vit que Pascal, son collègue, était de retour. Il n'avait pas l'air très content lorsqu'il lui lança :
« Ton téléphone est en panne ?
- Non, pourquoi ?
- Alors je voudrais bien savoir pourquoi tu réponds sur ma ligne...
- C'était pour te rendre service... On ne sait jamais si c'est quelque chose d'urgent...
- On a des messageries pour ça, non ?
- Oui, oui, bien sûr... »
Joëlle était vexée. Elle voulait juste rendre service à Pascal. Ça lui semblait la moindre des choses. Mais lui, visiblement, n'appréciait pas. Ils travaillèrent un moment en silence jusqu'à ce que Pascal pousse une exclamation :
« Ah, zut ! La date de cette réunion ne m'arrange vraiment pas !
- Quand ça ?
- Vendredi prochain en fin d'après-midi... J'avais prévu de partir à la campagne... Et mon train est à 18 heures...
- Le 20 ? Ah, mais il n'y a pas de problème, je peux y aller à ta place...
- Non, merci, je vais me débrouiller autrement... »
Cette fois, Pascal ne cachait plus son agacement. Qu'est-ce qu'elle avait cette Joëlle à toujours être disponible ou partante pour les corvées ? Elle voulait se faire bien voir de lui ou d'Isabelle, leur chef ? Il n'en pouvait plus. Un jour, il allait vraiment s'énerver !
Mais déjà, Joëlle en rajoutait :
« Ah, j'ai oublié de te dire aussi... Il y a Isabelle qui est venue pour te demander un truc urgent... Sur le système d'appro en ligne... Comme tu n'étais pas là, j'ai cherché dans tes dossiers... Et je lui ai donné la réponse... »
Pascal explosa :
« Non, mais à quoi tu joues ? J'étais dans le service de Lambert... Il suffisait de me biper... Mêle-toi un peu de tes affaires ! »

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5053 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X