emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Peut-on forcer un collègue à collaborer ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Peut-on forcer un collègue à collaborer ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Gérard Caville, fondateur du cabinet Trigone Consult, l'attitude de Bertier (voir ci-dessous) peut s'expliquer de différentes manières : « C'est peut-être un égocentrique absolu, un irrresponsable qui ne se préoccupe pas de ce qui se passe après lui. Ou quelqu'un qui a peur, soit parce qu'il a quelque chose à cacher, soit qu'il craigne que son successeur ne soit meilleur que lui. »
Il rend l'arrivée du nouveau difficile : « Il va devoir se faire une idée par lui-même, ce qui va lui prendre du temps et qui peut le conduire à se tromper. De même, il risque de ne pas découvrir tout de suite des choses sur les membres de son équipe qu'il aurait eu besoin de connaître dès le début. »
Et ce dernier doit réagir : « Avec un peu de diplomatie, il peut obtenir quelques informations de son prédécesseur. Ou s'appuyer sur sa direction afin que ce qui était prévu se réalise effectivement. Ou encore, faire place nette et utiliser sa propre capacité d'initiative pour trouver des informations. »
Sinon, l'équipe risque de mal vivre cette période de transition : « Elle se retrouve face à un binôme, dont l'un est en train de perdre son autorité et l'autre qui doit la gagner. Il y a un risque de flottement pendant ce laps de temps. Ensuite, si le nouveau sait asseoir son autorité, tout le monde trouvera ses marques. »

Conclusion


« Dans une entreprise bien managée, où l'on communique dans la transparence, et où il y a une anticipation et une gestion des carrières, ce genre de problème ne se pose pas, reprend Gérard Caville. L'idéal est évidemment d'avoir un tandem qui prépare la succession. Mais c'est aussi à double tranchant car le nouvel arrivant ne pourra pas se faire sa propre idée de l'héritage. Et il ne pourra pas réagir en connaissance de cause, avec ses idées. »

Comment ça se passe chez Balaton

"Dis donc, Stéphane, qu'est-ce que tu as comme mot de passe sur ton ordinateur ? »
Stéphane Bertier, le responsable du service après-vente, leva les yeux vers Xavier Fournier, l'un des commerciaux, qui était planté devant son bureau. Il lui répondit presque en aboyant :
« Pourquoi tu me demandes ça ?
- Eh, ne t'énerve pas... C'est simplement qu'hier soir après ton départ, j'ai eu un coup de fil d'un de mes clients qui se demandait où en était la réclamation qu'il avait faite... Alors, j'ai essayé de regarder sur ta base de données... Mais impossible ! Ce serait bien que tu nous laisses ton mot de passe...
- Pas question !
- Mais pourquoi ?
- Je me prépare... », répondit Bertier, très sibyllin.
« A quoi ? C'est pas la guerre, non plus !
- Pour vous, peut-être pas... Mais, moi... Lambert est en train d'embaucher quelqu'un pour les réclamations de son équipe " spéciale PME "... Qui va récupérer une bonne partie de mon boulot actuel... Et il veut que je le forme... Et, ça, c'est hors de question ! Du coup, je ne donne plus d'infos à personne !
- Mais qu'est-ce que tu y gagnes ?
- Le plaisir de montrer à Lambert que je ne suis pas d'accord avec cette nouvelle organisation... Ensuite, puisque ce petit jeune prétend savoir faire mon boulot à ma place, et bien, qu'il fasse ses preuves tout seul, comme un grand...
- Tu as conscience que tout ça risque de te retomber sur le dos ? Tu sais, on a déjà connu ça ici... Quand Weber a repris le service marketing... Le type qui était là avant lui n'était pas content... Forcément, il était plus ou moins mis au placard... Mais, bref... Pendant toute la période du passage de relais, il a mis des bâtons dans les roues de Weber... L'équipe ne savait plus à qui elle devait en référer... Je ne te raconte pas le bazar... Finalement, Weber a été voir Duchêne et lui a dit que l'autre ne coopérait pas... Duchêne est entré dans une de ces colères ! Bref, à ta place, je ferais attention... - Ouais, peut-être... Mais, en même temps, j'ai trop envie de voir ce nouveau se dépatouiller avec Cegateau qui estime que dès qu'il y a un problème, il faut que tout Balaton soit à ses pieds... Les réclamations-clients, ça ne s'improvise pas ! »
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5367 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X