emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Philippe Varin, président de France Industrie : quelles devront être nos priorités ?

 | par Christine CATHIARD

Philippe Varin, président de France Industrie : quelles devront être nos priorités ?
Quelles devront être nos priorités, en prenant en compte la fragilisation de nos entreprises?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La commission des affaires économiques du Sénat a entendu le 29 avril Philippe Varin, Président de France Industrie. Débutant un cycle d’auditions dédiées à la politique économique de sortie de crise, la Présidente Sophie Primas (Les Républicains – Yvelines) a interrogé Philippe Varin sur sa vision prospective pour l’industrie française 

 
« La question qui se pose à notre pays et au Parlement est la suivante : quelles devront être nos priorités, en prenant en compte la fragilisation de nos entreprises durement impactées par la quasi-paralysie de l’activité et la faiblesse des fonds propres, tout en gardant le cap sur les grands objectifs de transition écologique, d’innovation auxquels s’ajoute désormais celui de la souveraineté économique ? » a déclaré Philippe Varin.
 

Besoin de reprise rapide de l’activité industrielle

 
Insistant sur le besoin de reprise rapide de l’activité industrielle en France, dont la production a chuté bien plus fortement que celle de ses voisins européens, Philippe Varin a estimé que « les principaux sujets pour le redémarrage sont aujourd’hui la protection sanitaire des salariés, et celui de la responsabilité des patrons d’entreprises. Le manque de clarté à ce sujet est dommageable pour la reprise ».
 
Le Président Varin a appelé à une relance économique agissant sur trois leviers : la décarbonation, un soutien ciblé à la consommation et l’investissement. Insistant particulièrement sur les enjeux de transition énergétique et écologique, il a assuré qu’« il n’y a pas de changement de cap : il faudra maintenir l’objectif de décarbonation du Pacte productif, voire le renforcer ». La mobilité propre et la rénovation thermique ont, selon Philippe Varin, le plus fort potentiel de décarbonation mais aussi de développement industriel, et doivent être soutenus par les pouvoirs publics.
Les sénateurs se sont inquiétés de la capacité d’investissement et de R&D des entreprises françaises, dont la trésorerie est asséchée par la crise et dont le niveau de fonds propres reste faible. Les co-pilotes de la cellule de veille, de contrôle et d’anticipation dédiée à l’Industrie, Alain Chatillon (Les Républicains – Haute-Garonne), Martial Bourquin (Socialiste et Républicain – Doubs) et Valérie Létard (Union Centriste – Nord), ont ainsi évoqué les modalités de prises de participation au capital des PME industrielles, les budgets de recherche dédiés à l’hydrogène, et la participation des collectivités locales aux plans d’investissement et de relance
 

Une coopération plus structurée entre l’État et les collectivités territoriales

 Philippe Varin a souligné que la réflexion sur la politique économique sera un « projet collectif, qui demandera de la détermination et s’inscrira dans un temps long », appelant à une coopération plus structurée entre l’État et les collectivités territoriales. Il a par exemple évoqué la constitution de fonds d’investissement régionaux ou de partenariats publics privés, à l’impulsion des collectivités territoriales au plus près des entreprises.
 
Alors que la Présidente Sophie Primas évoquait « la montée des considérations de souveraineté économique à l’aune de la crise que nous vivons », Philippe Varin a salué la prise de conscience qui a lieu au niveau européen. Il a estimé que le renforcement de la politique industrielle, en faveur des chaînes de valeur stratégique notamment, envoie un bon signal alors que la rivalité des blocs économiques mondiaux est aujourd’hui exacerbée. 
 

Relocalisation des maillons stratégiques de l’industrie 

 
Le président Varin a affirmé que « l’une des lignes directrices de la relance par l’investissement sera la relocalisation des maillons stratégiques de l’industrie », signalant que plusieurs filières sont déjà engagées dans une telle réflexion. A ce titre, il a appelé à l’approfondissement des projets importants d’intérêt européen commun (PIIEC), parmi lesquels la création d’une filière européenne de production de batteries électriques automobiles, et à l’activation des mécanismes français et européens de filtrage des investissements stratégiques.
 
La commission des Affaires économiques poursuivra son cycle d’auditions dédiées à la politique économique après la crise sanitaire par l’audition de Bpifrance, mardi 5 mai à 8 h 30, et de Danone, mercredi 6 mai à 9 h 30.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024

Déconfinement : quel avenir pour le business digital ?

Déconfinement : quel avenir pour le business digital ?

Télétravail : l'indispensable argument pour convaincre les candidats ?

Télétravail : l'indispensable argument pour convaincre les candidats ?

L'avenir est-il dans le télétravail ?

L'avenir est-il dans le télétravail ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

521 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X