emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Plateformes de micro-travail : l’impact sur les emplois et l'industrie

Plateformes de micro-travail : l’impact sur les emplois et l'industrie
L’enjeu du micro-travail est important pour le secteur industriel.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le travail sur les plateformes de micro-travail est difficile à estimer mais représente au mieux 1 % du marché de l’emploi. Néanmoins, ces plateformes questionnent la notion de division et d’externalisation du travail, parfois utile dans le secteur industriel avec l’apanage de l’intelligence artificielle.

Ces dernières décennies, le monde du travail a été marqué par l’émergence des plateformes de travail numérique ou plateformes de micro-travail. Comme l’explique l’Organisation internationale du travail (OIT), sur ces plateformes Internet, « le travail est externalisé par un appel lancé à une "foule" (crowdwork), ou communauté modulaire dispersée géographiquement, via des applications qui distribuent du travail à des individus se trouvant dans une zone géographique bien précise. »

Un outil numérique sert donc d’intermédiaire. « La connexion avec l’intelligence artificielle est réelle, indique Antoine Naboulet, chef de projet et adjoint à la directrice du département Travail, Emploi, Compétences à France Stratégie qui a organisé une conférence sur le sujet en juin. Il y a un enjeu avec l’industrie qui se nourrit en partie du micro-travail. »

La fragmentation du travail

Cet univers des plateformes de micro-travail n’est pas beaucoup mis en lumière dans le débat public. Il s’agit pourtant d’une composante de l’économie des plateformes de la geek-économie. « Ces plateformes proposent du travail immatériel intellectuel plus ou moins spécialisé, rapporte Antoine Naboulet. Elles misent sur un travail de masse pour réaliser des tâches fractionnées, et souvent pas très bien payées. » Cela va de la saisie de données à la reconnaissance visuelle en passant par la reconnaissance vocale ou la traduction. « La fragmentation des tâches sur un grand nombre de mission vise à travailler de manière souple, en marge du travail fixe », indique Antoine Naboulet. Les plateformes sont une externalisation de la fonction car elles offrent un accès à une main d’œuvre et à un travail diversifié. Le commanditaire, la plateforme et la personne, qui assurent le travail, peuvent se trouver dans trois endroits différents. 

Les plateformes de micro-travail sont un support important du développement de l’intelligence artificielle qui en est encore à ses balbutiements et requiert un travail de vérification important de sa production via l’homme. « Parfois, ce que l’on vend comme étant de l’intelligence artificielle n’en est pas vraiment car derrière ce sont des plateformes qui assurent le travail, donc l’humain(1) », rapporte Antoine Naboulet. Cela questionne la notion de travail et de relation de travail.

Quels enjeux et quels statuts ?

Quels sont les enjeux de ce mode d’exercice ? « Il est complexe d’apprécier cet forme d’emploi, souligne Antoine Naboulet. Est-ce d’ailleurs un emploi ? Car il n’y a pas de contrat de travail qui lie la plateforme au micro-travailleur. Ce dernier doit généralement uniquement valider les conditions générales d’utilisation sur le site de la plateforme, et cela lui suffit pour travailler. » Le statut de ces travailleurs est donc loin d’être évident, parfois ils choisissent l’auto-entreprenariat. Pour certains micro-travailleurs, qui ont témoigné lors de la conférence de France Stratégie, il s’agit clairement d’un complément de revenu. Mais la précarité du micro-travail ne peut pas être généralisée car tout dépend de chaque pays.

« Néanmoins, comme ce travail se construit dans une logique de fragmentation, de division des tâches parfois mondiale sur des tâches immatérielles et n’offre pas forcément la stabilité du salariat, cela reste caractéristique du travail précaire, indique Antoine Naboulet. Rien ne garantit que la multiplication des tâches suffise à constituer un revenu, d’autant plus qu’il s’agit souvent de travail peu qualifié. » De plus, il n’y a généralement aucun engagement de la part de la plateforme sur la quantité de travail fournit et sur la régularité de ce travail. Un mode de fonctionnement qui peut paraître logique au regard de la fluctuation de la demande.

Les enjeux pour le secteur industriel

L’enjeu du micro-travail est important pour le secteur industriel. A titre d’exemple, en Allemagne, le secteur automobile investit dans l’intelligence artificielle pour l’assistance à la conduite. Il est en effet nécessaire de « nourrir » les algorithmes en termes de reconnaissance visuelle pour s’assurer par exemple que la voiture reconnaît bien un piéton sur la route. « Il faut apprendre aux algorithmes cette reconnaissance de l’univers complexe qu’est la rue, explique Antoine Naboulet. Il faut donc confier à la plateforme des images pour lesquelles il va falloir reconnaître pixel par pixel ce qui est représenté. Il faut nourrir en finesse l’algorithme. Ce sont des personnes qui assurent cette analyse très fine de l’image indispensable pour l’industrie automobile en raison des enjeux de sécurité qui y sont liés. » Les plateformes de micro-travail spécialisées et exigeantes en termes de qualité sont donc sollicitées car le travail n’est pas nécessairement plus compliqué mais la plateforme doit garantir une fiabilité ou une qualité du travail.

(1) L’étude de Antonio A. Casilli et et  Paolla Tubaro, portant sur le micro travail en France et pouvant se télécharger sur cette page.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des outils innovants pour embaucher chez Lhotellier

Des outils innovants pour embaucher chez Lhotellier

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

514 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

VALTUS
FESTEIN D'ALSACE
FRAMATOME
ATS LASER
RIGHINI SA
Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X