emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Pour être promu, il est essentiel d’améliorer sa culture générale

 | par Gwenole Guiomard

Pour être promu, il est essentiel d’améliorer sa culture générale
Florentin Roche, Demos.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Dans un monde en mouvement, il est essentiel d’améliorer sa culture générale. Pour cela, il faut être curieux, à l’écoute et forger ses connaissances en s’intéressant de proche en proche à des sujets de plus en plus éloignés de ses préoccupations majeures.

 

Florentin Roche est formateur chez Demos, l’un des leaders de la formation en France. Il propose à ses stagiaires le module « Dynamiser sa culture générale » et celui sur « Les grands courants de pensée ». Des cursus en plein développement tant il est devenu important, professionnellement, de bien écrire et de bien communiquer. « C’est ce qui nous a également poussé à rendre obligatoire les cours de géopolitique dans notre école, explique Jean-François Fiorina, directeur de l’ESC Grenoble. Cela constitue la culture générale du monde moderne. Les entreprises recherchent des cadres comprenant l’environnement dans lequel ils vivent. Ils doivent en tirer des conclusions en matière de stratégie, de gestion des risques ou de relations interculturelles ».  

 

« Donner le goût de l’excellence »

Dans ce monde moderne, la culture générale permet, en effet, de se rapprocher des autres cultures. Il permet aussi de prendre du recul, de trouver de nouvelles idées ou d’améliorer sa capacité à écrire et à s’exprimer. « L’arrivée des courriers électroniques avec la disparition des secrétaires imposent aux cadres de savoir s’exprimer, poursuit Florentin Roche, l’enseignant de Démos. C’est pourquoi la culture générale devient si importante. Il est donc indispensable d’être à l’écoute, de regarder ce qui se passe autour de soi et de lire les journaux. C’est le point de départ. Après, il sera essentiel de « creuser » les sujets abordés en pratiquant une recherche en arborescence, en remontant tout doucement chaque champ de la culture. C’est la meilleure façon pour se constituer une bonne culture générale ».

Restera ensuite à la consolider. Il faut alors créer des liens entre ces connaissances. En connectant une notion avec une autre, on aide son cerveau à retenir une sorte de trame culturelle. « Dans le développement de sa culture générale, l’idée d’amélioration de soi prédomine, estime Florence Braunstein, auteure avec Jean-François Pépin de « La Culture générale pour les Nuls ». Cette ancienne enseignante en classe préparatoire aux grandes écoles vante les mérites d’un « instrument qui apprend à relativiser, qui pousse les gens à donner le meilleur de ce qu’ils sont et qui leur donne le goût de l’excellence ».

 

« Concepts plus profonds »

Pour atteindre une grande culture générale, il faut continuer, comme les chevaliers de la Table ronde, à chercher le Graal. C’est la quête d’une vie.  Il faut, donc, de temps en temps, pratiquer une sorte de piqûre de rappel en visitant un musée, une exposition ou en lisant un roman sur la période étudiée. « Il est aussi impératif de prendre du plaisir dans cet apprentissage, conclut Guy Solenn, auteur de « La culture générale sans prise de tête » et de « La vie secrète des grands personnages de l’histoire ». Il faut débuter sa quête de culture générale par des domaines que l’on apprécie. Si on poursuit une démarche trop lourde, il n’y aura pas de satisfaction et peu d’apprentissage. On s’attachera aussi à s’intéresser à la vie personnelle des auteurs. Cela crée des plages de réception dans notre cerveau permettant ensuite d’y accueillir des concepts plus profonds ».

Que lire en premier 

Pas facile de conseiller un ouvrage pour améliorer sa culture générale. Nos interviewés se sont pourtant pris au jeu. Leurs conseils très personnels.

Pour Guy Solenn, auteur de « La culture générale sans prise de tête », « De la démocratie en Amérique » de Alexis de Tocqueville est à lire en picorant des chapitres de ci, de là. Il conseille aussi « La guerre et la paix » de Léon Tolstoï. « Cela permet de découvrir un grand auteur, une période historique, le début du 19e siècle et de goûter à un roman qui étrille passablement les Français et leur empereur Napoléon ». Florentin Roche conseille « La république » de Platon. Un des « textes fondateurs de la culture européenne. Tout y est concentré : l’exercice du dialogue, la réflexion sur les différents modèles de société et même une description de la division du travail ». Il met aussi en avant un « Atlas historique ». « Celui de Georges Duby même s’il date un peu. Cela donne une frise du temps et en même temps des repères géographiques. Cela permet de répondre à la question : Socrate et Confucius auraient-il pu se rencontrer ? ». Il préconise aussi d’aller voir un spectacle vivant. Celui d’un concert du Requiem de Mozart, à Vienne, sur le lieu même de sa mort. « Et de réviser la pensée de l’Autrichien Schumpeter et prendre connaissances des très dynamiques PME du pays tout en lisant Karl Marx et son « Manifeste du parti communiste ». Florence Braunstein, auteure de « La Culture générale pour les Nuls » conseille « Lettres à Lucilius » de Sénèque ou de la poésie grecque, des haïkus japonais de Basho Matsuo, histoire de mesurer comment les autres civilisations s’intéressent à la lecture. On peut aussi dévorer les « Mille et une nuit » et comparer Anna Karénine en livre et au cinéma… Possibilité aussi de se plonger dans un manuel sur l’histoire de l’art comme « L’Art et l’Homme » de René Huyghe et la somme de Fernand Braudel sur la naissance du capitalisme : « Civilisation matérielle, économie et capitalisme ». Enfin, Jean-François Fiorina conseille un dernier ouvrage : le Que sais-je intitulé « Les 100 mots de la géopolitique ».

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Alors, heureux ?

Alors, heureux ?

Succès au travail : ça ne tient qu'à vous!

Succès au travail : ça ne tient qu'à vous!

Office manager : qui sont-ils ?

Office manager : qui sont-ils ? 

[Publi-rédactionnel] “Chez MODIS, nous sommes convaincus que de la différence de chacun naît la réussite de tous ! ”

[Publi-rédactionnel] “Chez MODIS, nous sommes convaincus que de la différence de chacun naît la réussite de tous ! ”

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5165 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X