emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Pour le Cereq, le DIF multiplie les chances d’accès à la formation

 | par Gwenole Guiomard

Pour le Cereq, le DIF multiplie les chances d’accès à la formation
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Le centre d’études et de recherches sur les qualifications estime que le Droit individuel à la formation augmente les chances d’accès à la formation mais il n’est pas assez utilisé.

 

C’est une déclaration d’amour au Droit individuel à la formation (DIF) que vient de publier le Cereq (centre d’études et de recherches sur les qualifications). Pour cet organisme d’Etat, le DIF est avant tout un outil permettant d’augmenter les chances d’accès à la formation. «  Dans les entreprises qui utilisent ce dispositif, précise le centre d’études, les salariés ont deux fois plus de chance d'accéder à la formation que dans celles qui n'en font pas usage. C'est particulièrement vrai pour des secteurs considérés comme peu formateurs - habillement, construction, hôtellerie-restauration - ou les petites entreprises ».

Le DIF permet aussi aux salariés des TPE (très petites entreprises) de moins de 20 salariés d’accéder à la formation continue. En effet, chez ces employeurs de petites unités, un salarié formé sur deux se forme via le DIF. D’où le grand intérêt de cette mesure qui permet de réduire « les inégalités d'accès à la formation tout au long de la vie active ».

En 2009, 6% des salariés ont eu recours au DIF

Pourtant, le DIF est peu utilisé. En 2009, 25 % des entreprises ont eu recours à ce droit individuel à la formation. Cela représente 600 000 personnes et 6 % des salariés. Pour le Cereq,  « la règle devient l'exception puisque seul un salarié sur cinq se forme par le DIF en dehors de son temps de travail ».

Les blocages sont donc nombreux. Pour le Cereq, le DIF est sous-utilisé car méconnu. Les entreprises ne sont pas souvent en mesure de diffuser à leur personnel l'information minimale, par exemple le nombre d'heures acquises en DIF en application des dispositions légales. Bref, le message passe mal surtout lorsqu’il s'agit des salariés occupant les postes les moins qualifiés.

Pour débloquer les choses, le Cereq estime que l’action des Opca (organisme paritaire collecteur agréé) est primordiale. « L'intervention d'un organisme extérieur tel qu'un OPCA est déterminante dans le fait de recourir au DIF », estime le Centre d’études.

Pour le Cereq, « l'essor de ce dispositif apparaît finalement lié à un enjeu plus large  pour les entreprises : celui de définir une stratégie de gestion sécurisée des parcours professionnels à partir d'une politique de formation articulée autour de cet objectif prioritaire ».

Gwenole Guiomard

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7726 offres d’emploi en ligne

Fermer X