emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Pourquoi les femmes se font toujours avoir ?

Pourquoi les femmes se font toujours avoir ?
Yves Deloison.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Elles sont moins bien rémunérées. Elles sont moins présentes dans les postes de direction. Et cela alors mêmes qu’elles sont plus diplômées que les hommes. Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? C’est la question que se pose le journaliste Yves Deloison dans son dernier ouvrage avant de donner quelques pistes pour y remédier. Interview.

A l’époque, Yves Deloison était un adolescent, mais quelle révélation ! Sur l’écran de télévision de ses parents, à l’heure du journal télévisé, il voit Christine Ockrent. « J’ai vu le changement se profiler. Petit à petit s’est forgé en moi l’intime conviction que, malgré une hiérarchie évidente entre les femmes et les hommes, l’évolution était inéluctable. Un jour les femmes exerceraient indistinctement tel ou tel métier, fonction ou responsabilité sans que personne ne s’en étonne », explique-t-il dans son ouvrage Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? Mode d’emploi pour que cela change enfin, publié le 21 février dernier. Ce jour n’est toujours pas arrivé. En grandissant, Yves Deloison, devenu journaliste, a pu mesurer l’ampleur des obstacles restant encore à franchir. Interview.

 

Emploi-Pro. Le 22 décembre 1972, était votée une loi sur l’égalité salariale. D’autres ont suivi. Pourtant les femmes, 30 ans après, sont toujours moins bien rémunérées que les hommes. Comment expliquez-vous cela ?

 

Yves Deloison. Les chiffres ne sont, en effet, pas bons. Dans l’Union européenne, la différence moyenne entre les salaires des hommes et des femmes est de 16,2 %. Autrement dit, pour gagner la même somme, une femme doit travailler 59 jours de plus qu’un homme. En France, une femme à temps plein touche en moyenne 20 % de moins qu’un homme. Ces différences peuvent en partie s’expliquer par les choix professionnels féminins. Mais elles sont en moyenne plus diplômées que les hommes. Néanmoins, elles s’orientent encore de manière stéréotypée vers les postes, les métiers ou encore les secteurs les moins rémunérateurs. Par exemple, elles sont plus nombreuses dans la distribution ou plus largement dans le secteur des services rémunérant moins bien leurs employés que d’autres. Pour résumer, elles limitent leur choix et s’orientent vers des métiers qu’on appelle faussement des « métiers de femmes ». Ce choix induit une certaine politique RH.

 

Emploi-Pro. Reste qu’à qualification égale, l’écart salarial entre homme et femme atteint 9 %.

 

Yves Deloison. Le comportement individuel joue également. J’ai pu constater que les femmes ont en effet tendance à moins négocier leurs salaires ou leur évolution professionnelle. Elles sont moins pro-actives sur la question et ont tendance à penser que l’entreprise va d’elle-même reconnaître leurs compétences et travail fournis, et les faire progresser que cela soit en termes de salaires ou de postes.

 

Emploi-Pro. Ce sont donc les stéréotypes sur les femmes partagées tant par elles que par l’ensemble de la société qui freinent leur carrière ?

 

Yves Deloison. Exactement. Les femmes sont encore envisagées par les décideurs au sein de l’entreprise comme de potentielles mères donc potentiellement absentes. L’affaire n’est tout de même pas nouvelle. Les femmes font des enfants depuis la nuit des temps et le congé de maternité dure 16 semaines. 3 mois sur toute une carrière. Ce n’est pas beaucoup et les entreprises peuvent anticiper. La société leur donne également ce rôle de mère tournée vers la famille. Et certaines femmes, en conséquence, appréhendent leur carrière de manière différente des hommes. Elles se posent plus la question de la responsabilité familiale, un élément qui ne favorise pas l’évolution professionnelle. Il y a aussi l’image du pouvoir, qui dans les esprits, répond à des codes masculins.

 

Emploi-Pro. Comment changer cela ?

 

Yves Deloison. Il faut une prise de conscience. Il faut arrêter de penser que tel métier, telle trait de la personnalité sied mieux aux femmes. Il faut arrêter de penser « la femme » comme une entité unique et penser aux femmes. Au niveau du couple, cela peut se traduire par un meilleur partage de la responsabilité familiale. Quand l’enfant est malade, ce n’est pas automatiquement à la mère de tout arrêter pour s’en occuper. Il faut aussi faire un gros travail sur l’éducation. Cela dès le plus jeune âge. Dans les crèches en Suède, on combat les schémas traditionnels. On y enlève tous les aspects sexués. Quand on est une fille, on n’est pas obligé d’aimer le rose et de jouer à la poupée.

Propos recueillis par Lucile Chevalier

 

Le livre : Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? Mode d’emploi pour que cela change de Yves Deloison, aux éditions First Psycho, 16,95 €.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

6144 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X