emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Ingénieur de production

Pourquoi les filles sont moins nombreuses en école d’ingénieurs ?

Pourquoi les filles sont moins nombreuses en école d’ingénieurs ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les filles boudent les filières scientifiques. En école d’ingénieurs, elles ne représentent que 26,9 % des effectifs. Pour les associations « Pasc@line » et « Elles bougent », la faute en revient aux stéréotypes sexistes tenaces dans notre société. En marge du salon « Post-Bac » à la Villette, elles ont invité des ingénieures établies à parler de leur métier à de jeunes lycéennes pour en finir une fois pour toute avec les idées reçues.

Cela fait des années (des siècles ?) que cela dure. Quoi qu’il arrive, à choisir, les étudiantes préfèrent les filières littéraires aux enseignements scientifiques. Une sorte d’axiome que l’association Pasc@line dont l’objectif est de promouvoir les métiers d’ingénieurs dans le domaine du numérique, et l’association « Elles bougent », qui vise à faire connaître aux jeunes filles les métiers d’ingénieurs, ont décidé de démonter. En marge du salon « Post-Bac », au salon de la Villette, vendredi dernier, elles ont choisi de réunir ingénieures établies et lycéennes. Les aînées avaient en charge de convaincre les jeunettes qu’ingénieur n’est pas un métier destiné aux hommes.

L’objectif était ambitieux. Car dès le lycée, les jeunes filles se détournent des sciences dures. Ainsi, parmi les lauréats du baccalauréat général en 2008, 65,4 % des garçons ont obtenu un bac scientifique contre 41,8 % des filles. L’écart se poursuit avec les études supérieures. À l’université, par exemple, les étudiantes sont plus nombreuses que les étudiants. Elles représentaient pour l’année 2008-2009 57,8 % des effectifs. Mais, en se penchant plus près sur les choix de filières, une fois de plus, l’on constate, que, décidément, les sciences dures ne sont pas leur tasse de thé. Les jeunes femmes regroupent près des 3/4 (70,6%) des étudiants des sections littéraires, 59,3% des étudiantes des sections économiques et seulement 46,3 % des sections scientifiques. Elles sont encore moins nombreuses dans les filières sélectives, malgré leurs meilleures performances scolaires. En Math sup et en spé, la part des étudiantes est de 30,5 %. Elle est de 26,9 % dans les écoles d’ingénieurs. Mais pourquoi boudent-elles les sciences dures ?

 

Les grands coupables sont les stéréotypes misogynes

Pour « Pasc@line » et « Elles bougent », les grands coupables sont les stéréotypes. Une vision partagée par le livre « Filles et garçons sur le chemin de l’égalité de l’école à l’enseignement supérieur ». « Les filles seraient, par nature, plus dociles, plus tournées vers la littérature et la communication, les garçons, par nature, seraient plus dissipés, plus doués par les sciences, précise cet ouvrage. Ces différences ont été construites historiquement et perdurent socialement. L’École n’est qu’un des acteurs responsables du poids de ces stéréotypes. »

Les deux associations, un brin agacées, sont rentrées en guerre contre ces idées reçues. Comment ? En montrant que la profession d’ingénieur s’exprime aussi au féminin, quitte à produire un discours lui-même stéréotypée.

 

« Les mots ne doivent pas faire peur »

Les termes trop scientifiques sont soigneusement évités. L’animatrice du débat, qui au quotidien exerce la profession de conseillère d’orientation, insiste bien sur ce point. « Il ne faut pas se laisser arrêter par les mots techniques, peu féminins. Les mots ne doivent pas faire peur ». Les intervenantes, quant à elles, insistent sur la richesse du métier. Ingénieur ne rime pas nécessairement avec des tâches trop techniques. Françoise Laure, ingénieure dans l’automobile et membre de l’association « Elles bougent », déclame : « En étant ingénieure, l’on peut aussi bien exercer des tâches en lien avec le marketing, développer un aspect commercial ou encore travailler dans la recherche et le développement. Ingénieur s’exprime d’une multitude de façon au sein des entreprises. » Véronique Erzatti, ingénieure dans les transports, raconte comment au fil du temps, elle a pu s’orienter vers le management. « Quand je suis sortie de l’école, je travaillais à la conception. Puis je me suis occupée de la maintenance des trains. Et enfin, je suis devenue responsable de l’atelier de maintenance pour la RATP. Ce dernier métier est celui qui m’a le plus passionnée. Les relations humaines y sont primordiales. »

 

Les arguments n’ont pas fait mouche

Dans un dernier assaut, face à l’auditoire fuyant, Jean-Louis Bernaudin, délégué général de l’association Pasc@line, sort un exemplaire du quotidien Aujourd’hui en France pour tordre le cou des stéréotypes. « Regardons le micro-trottoir de ce journal, vous verrez à quel point les stéréotypes sont tenaces. A la question « A votre avis pourquoi les femmes sont peu nombreuses à exercer le métier d’ingénieur ? », une première personne répond « certaines filles sont rebutés par la durée des études ». Pourtant, elles durent 5 ans, ce qui est de nos jours la durée standard des études. Un jeune homme quant à lui répond : « la barrière des concours fait peur aux femmes ». Il faut savoir qu’entre 52 % et 58 % des ingénieurs ne sont pas passés par la case prépa. Il existe de nombreuses préparations intégrées ou de passerelles entre les écoles et les cycles universitaires. Vous devez aussi savoir qu’ingénieur est le métier où il existe le moins d’écarts salariaux entre les deux sexes. » Rien à faire, les arguments n’ont pas fait mouche aujourd’hui. Déjà peu nombreuses au départ, une quinzaine, les jeunes filles, s’éclipsent au fur et à mesure des interventions. A la fin, il n’en restait plus que 3. Le chemin vers l’ingénieure sera long.

 

Lucile Chevalier

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

1440 offres d’emploi en ligne

Fermer X