emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Recrutements hommes-femmes : des écarts toujours aussi importants

 | par 

Recrutements hommes-femmes : des écarts toujours aussi importants
Aux écarts régionaux s’ajoute un sexisme lié aux filières.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le Service de recrutement Qapa, a mené une étude sur l’emploi des femmes en 2018. Force est de constater que les inégalités demeurent encore et toujours.

A l’occasion de la Journée mondiale de la Femme, Qapa.fr a analysé les données concernant les femmes par rapport à celles des hommes. Les comparaisons nationales et régionales attestent que l’égalité des sexes au travail n’est toujours pas au programme des entreprises pour 2018.

Des salaires plus élevés pour les hommes

Comme le révèle l’étude, en 2017, l’écart de salaire moyen d’un cadre homme et celui d’une femme était de 21 %. En 2018, il a baissé pour atteindre 18 %, les hommes gagnant en moyenne 3956 euros et les femmes 3357 euros. Si la baisse est à noter, il n’est toujours pas possible de parler d’égalité entre les sexes. Et pour les autres fonctions, le constat est identique. L’écart salarial entre les femmes ouvrières et les hommes est passé entre 2017 et 2018 de 15.5 % à 14.6 % (1720 euros pour les hommes et 1500 euros pour les femmes), et de 12.7 % à 11.83 % pour les postes d’employés (1701 euros pour les hommes et 1521 euros pour les femmes). Mauvaise nouvelle en revanche du côté des agents de maîtrise puisque l’écart, qui était de 13.4 % en 2017 atteint plus de 18.5 % en 2018 (2372 euros pour les hommes et 2002 euros pour les femmes).

Des écarts régionaux  et par filières

Les écarts entre régions sont aussi flagrants. En 2017, trois régions se distinguaient par l’importance des écarts de salaires entre les femmes et les hommes : le Centre-Val de Loire (20.5 %), les Pays-de-Loire (20.2 %) et l’Ile-de-France (20.1 %). En 2018, l’Ile-de-France reste en tête avec plus de 26 % d’écart (2912 euros pour les hommes, 2303 euros pour les femmes). En deuxième place, la région Grand Est prend la place des Pays-de-Loire avec plus de 25 % d’écart (2150 euros pour les hommes et 1714 euros pour les femmes), devant la région Auvergne Rhône-Alpes (24 %) (2357 euros pour les hommes et 1900 euros pour les femmes).

Néanmoins, parmi les régions qui proposent le plus de postes aux femmes, trois régions se distinguent : l’Ile-de-France (26 %), l’Auvergne Rhône-Alpes (21 %) et la Provence Alpes-Côte d’Azur (14 %).

Sexisme par choix ?

Aux écarts régionaux s’ajoute un sexisme lié aux filières. Sans surprise, certaines filières privilégient davantage les hommes que les femmes. Les métiers dédiés aux services à la personne, les postes d’accueil ou de secrétariat recrutent le plus de femmes. Le BTP est en tête de lice des secteurs recrutant le moins de femmes, suivi de la sécurité et de l’automobile. En 2017, l’agriculture et la chimie arrivaient respectivement en deuxième et troisième positions.

Néanmoins, les femmes semblent toujours rechercher des postes et des métiers ayant une connotation purement féminine dans la culture sociétale. Elles sont 16 % à postuler pour des métiers de vendeuses en 2018 alors qu’elles n’étaient que 10 % en 2017. Mais elles sont moins nombreuses à vouloir être secrétaires : 6 % en 2018 contre 11 % en 2017.

 

« Même si l’emploi repart en 2018 dans certaines régions comme l’Ile-de-France et Rhône-Alpes, il y a toujours une pénurie de profils dans certains secteurs (informatique, logistique), certains métiers (comptable, gestionnaire de paie, soudeur, boucher, chauffeur poids lourds) et certains niveaux (techniciens dans l’industrie bac+2), rapporte Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr. Le problème est qu’il s’agit de métiers employant principalement des hommes, ce qui engendre un écart avec les femmes de plus en plus important. Un contexte paradoxal avec un emploi qui reprend des couleurs, des femmes plus en activité mais avec des différences de salaire toujours aussi importantes. La principale raison : les femmes sont beaucoup moins nombreuses à des postes hautement qualifiés. »

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Un beau CV…sans fautes !

Un beau CV…sans fautes !

Osez gagner votre vie sans la perdre

Osez gagner votre vie sans la perdre

Oui, être bien dans son travail rend plus performant

Oui, être bien dans son travail rend plus performant

CV et lettre de motivation sont-ils encore d’actualité?

CV et lettre de motivation sont-ils encore d’actualité?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5222 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X