emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Réforme de la formation professionnelle : c’est parti

 | par Christophe Bys

Réforme de la formation professionnelle : c’est parti
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
En première ligne en 2009, Laurent Wauquiez se félicite de l’accord sur la formation professionnelle. D’ici à juin, il compte aussi dynamiser la VAE et agir pour améliorer la transparence du marché de la formation.

 Laurent Wauquiez n’a pas peur de se répéter. De colloques en réunions en passant par les conférences de presse, il martèle régulièrement les mêmes credos, qui forment une sorte de programme : « 10 ans d’expérience professionnelles valent mieux qu’un diplôme » ou « la formation professionnelle doit être destinée à ceux qui en ont le plus besoin ». Ce Jeudi 8 janvier n’a pas fait exception. Commentant l’accord signé sur la formation professionnelle (voir encadré), Laurent Wauquiez a fait part de sa satisfaction : « je salue le travail qui a été fait. Les partenaires sociaux ont joué le jeu et fait un bon boulot ». La création du fonds de sécurisation va dans le bon sens et, surtout, la réforme va dans le sens voulu par Laurent Wauquiez : « former davantage de demandeurs d’emplois et de salariés peu qualifiés ». Avant de donner le visa de l’Etat, le texte sera relu précisément, car « l’enfer est dans les détails » a-t-il expliqué.

Ce même jour, le secrétaire d’état à l’emploi recevait deux rapports : l’un sur la valorisation des acquis de l’expérience, présidé par Vincent Merle, professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, et le second sur l’offre de formation, présidé par Charlotte Duda, présidente de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines. Ces deux rapports très techniques proposent des solutions pour améliorer l’efficacité de ces dispositifs. Pour le secrétaire d’Etat à l’emploi, le premier motif de satisfaction vient de la méthode utilisée : les rapports ont associé l’ensemble des parties prenantes ; ils ne sont pas le travail « d’un technicien isolé ».

 Indispensable VAE

Le benjamin du gouvernement ne souhaite pas coller les rapports sur le sommet d’une armoire où ils prendraient la poussière. D’ici à la fin du premier semestre, il proposera un train de mesures législatives s’inspirant des travaux des 2 commissions. Il a toutefois prévenu : il n’appliquera pas l’intégralité des mesures proposées. Il y a déjà fait son marché législatif.

La Validation des Acquis de l’Expérience, Laurent Wauquiez y croit tellement qu’il voudrait qu’elle soit davantage utilisée. Pour le secrétaire d’Etat, c’est un dispositif qui permet aux personnes « d’avoir un parcours de promotion et d’ascension sociale ». Nul ne s’étonnera qu’il s’agace des difficultés rencontrées par les volontaires. Si la VAE est encore trop souvent « un parcours du combattant, elle doit devenir un long fleuve tranquille », selon les mots du ministre. Pour cela, trois pistes ont été avancées :

-           il propose qu’un accord entre les partenaires sociaux soit signé sur ce sujet tous les trois ans ;

-           le pôle emploi devra s’approprier la VAE , et proposer aux chercheurs d’emplois d’y avoir recours. Le secrétaire d’Etat a proposé qu’un kit VAE soit disponible dans chaque agence ;

-            la démarche qualité doit être renforcée : cela signifie des demandes plus simples, une amélioration des délais et une professionnalisation des jurys.

 

Des formations plus transparentes

Sur le second rapport – qualité de l’offre et de l’achat de formation -, Laurent Wauquiez résume ce qu’i retient d’une formule : « l’offre de formation ne peut pas être une auberge espagnole ». Soucieux des détails, il s’insurge qu’aujourd’hui un salarié en formation ne sache pas « quels objectifs il doit atteindre » et qu’à la fin de la formation personne ne soit là pour lui dire si oui ou non il les a atteint. « Tout ce qu’on mesure est son assiduité avec une feuille de présence » a-t-il remarqué. Il s’est aussi inquiété de l’opacité des prix en ce domaine. Il verrait d’un bon œil la création d’un site Internet, un portail unique, où tout un chacun pourrait trouver les formations de son choix dans une région précise. Un outil qui permettrait de comparer les coûts et introduirait un peu de concurrence. Dernier point évoqué par Laurent Wauquiez : le rôle des intermédiaires. Il ne conteste pas le rôle des Opca dans ce domaine, mais contrairement au rapport qui souhaitait qu’ils soient les seuls, il voudrait que « les chambres consulaires et le pôle emploi remplissent ce rôle ». Il s’est aussi prononcé en faveur d’une plus nette séparation entre organismes de formation et conseilleurs, sans toutefois arriver à une stricte interdiction du cumul.

 

25 heures pour un accord

Il ne manquait que Jack Bauer le héros de 24 heures, tant le suspense a été insoutenable. Au terme d’une réunion de 25 heures, les partenaires sociaux sont arrivés à un accord sur la formation professionnelle. Il faudra cependant attendre quelques jours avant que les différentes centrales annoncent leur intention (le texte est négocié par des représentants des syndicats qui avalisent ensuite l’accord). Toutefois, aussi bien les représentants des salariés que des employeurs trouvaient des raisons de se féliciter de l’accord.

Parmi les nouveautés de l’accord, on peut citer l’ouverture de « droits à la formation » indépendant de la situation des salariés. L’autre grande nouveauté est le fond paritaire de sécurisation des parcours professionnels. Il sera doté, au plus, d’un budget de 900 millions d’euros (soit 100 millions d’euros de plus que prévu) qui devrait permettre à 500 000 salariés peu qualifiés et 200 000 chômeurs d’accéder à une formation.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7898 offres d’emploi en ligne

Fermer X