emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Réforme du congé parental en vue

Réforme du congé parental en vue
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La nuit dernière, les députés ont voté une réforme du congé parental. Objectif : impliquer plus les pères dans la vie de leur enfant pour que les mères puissent reprendre plus rapidement le travail.

Aujourd’hui, 540 000 parents utilisent le congé parental. « Parents » ? En réalité surtout les « mères ». Car sur ces 540 000 parents, seulement 18 000 pères interrompent partiellement ou totalement leur activité pour rester à la maison et s’occuper du nouveau venu. Un chiffre que le gouvernement juge très insuffisant. Il souhaite que d’ici 2017, 100 000 pères de famille puissent profiter du congé parental. Un meilleur équilibre des tâches à la maison conduirait à une plus grande égalité entre les sexes au travail. C’est du moins la réflexion qu’a mené le gouvernement. Hier soir, il a présenté en première lecture aux députés, son projet de loi sur l’égalité femmes-hommes comprenant donc en son sein une réforme du congé parental.

 

Les principales mesures

Voici ce qui change. Aujourd’hui, les parents d’un seul enfant ont le droit à 6 mois de congé. Demain, ils pourront gagner 6 mois de plus. Enfin plus précisément, c’est le 2e parent qui pourra utiliser ce bonus. 6 mois par parent, en somme. Dans les familles plus grandes, à partir de 2 enfants, la durée de congé s’élève aujourd’hui à 3 ans. Demain, cette période ne va pas être allongée, mais pourra être raccourcie. Si le 2e parent ne s’approprie pas 6 mois sur ces 3 ans, alors le congé retombe à 2 ans et demi. Les députés ont également étudié et voté le principe d’une expérimentation pendant 18 mois permettant aux parents de choisir un congé parental plus court mais plus rémunérateur.

Car c’est peut-être bien là le problème, et le frein de ces mesures. Aujourd’hui, un parent qui arrête partiellement ou totalement son activité pour s’occuper de son enfant touche un complément libre choix d’activité allant de 329 à 573 euros. Les mères s’arrêtent ainsi plus volontiers que les pères par pragmatisme économique. Elles touchent un salaire moins élevé que leurs conjoints bien souvent. Pour « changer les regards » comme l’incite la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, et modifier les habitudes, il faudrait donc aussi agir sur cette question de salaires.

Lucile Chevalier

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Comment le masque change le rapport à nos collègues au bureau

Comment le masque change le rapport à nos collègues au bureau

Allons-nous tous devoir travailler pour toujours depuis notre domicile ?

Allons-nous tous devoir travailler "pour toujours" depuis notre domicile ?

Covid-19 : isolement et conditions de travail favorisent les conduites addictives

Covid-19 : isolement et conditions de travail favorisent les conduites addictives

Congés de fin d'année 2020 : quelles règles en entreprise ?

Congés de fin d'année 2020 : quelles règles en entreprise ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

9005 offres d’emploi en ligne

Fermer X