emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Les salaires dans l'industrie

Rémunération : les mobilités qui payent

 | par Christine CATHIARD

Rémunération : les mobilités qui payent
Seulement 43 % des cadres n’ayant connu aucune mobilité ont vu leur salaire changer.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Certaines mobilités externes vont vous permettre d’augmenter votre salaire de manière conséquente. Lesquelles, comment…une étude de l’Apec dresse les grandes tendances.

Changez d’entreprise !

En effet, 56 % des cadres ayant changé d’entreprise* en 2016 ont vu leur rémunération augmenter suite à cette mobilité ! Ce sont seulement 43 % des cadres n’ayant connu aucune mobilité qui ont vu leur salaire changer. Mais attention aux conditions dans lesquelles s’est effectuée cette mobilité externe ; en effet elle va influer sur l’évolution de votre rémunération.

On peut monter une  grande différence entre les cadres ayant changé d’entreprise directement et ceux ayant subi une période de chômage avant de trouver un nouvel employeur. « Deux tiers des cadres ayant effectué un changement direct ont amélioré leur rémunération, alors qu’ils ne sont que 38 % pour  ceux ayant connu une période de chômage. » explique l’Apec.

 

Attention  au motif de départ

 

Celui-ci va jouer dans l’évolution future de votre rémunération.  Elle est en effet  fortement corrélée aux conditions de départ de votre  entreprise. Si vous avez démissionné (donc  à l’initiative des cadres), 70 % d’entre vous ont vu leur rémunération augmenter.

Nombreux sont ceux qui  avaient préparé leur départ avant de quitter leur entreprise pour un salaire plus attractif. « Une fin de CDD et, dans une moindre mesure, une rupture conventionnelle s’accompagnent, dans respectivement 54 % et 47 % des cadres, d’une rémunération à l’embauche supérieure. »

 

Départs contraints et chômage

 

Si vous avez connu un licenciement,( qu’il soit économique ou pas), cela va entraîner ispo facto le plus souvent une période de chômage et donc  des difficultés pour négocier une augmentation de rémunération lors d’entretiens d’embauche.

Si vous avez quitté  quitté brutalement votre  entreprise, vous devrez évidemment  faire des concessions sur vos conditions salariales et ce d’autant plus que la période de chômage s’allonge. » Si 49 % des cadres étant restés au chômage moins de 3 mois ont obtenu un meilleur salaire, ce n’est le cas que de 35 % des cadres ayant vécu 3 à 6 mois de chômage et seulement 26 % pour ceux ayant au moins un an de chômage. »

 

Combien gagnaient les cadres en 2016 ?

 

En 2016, 80 % des cadres en poste avaient une rémunération annuelle brute (fixe + variable) comprise entre 34 000 et 85 000 euros. Le salaire médian annuel brut, quant à lui, s’élevait à 48 000 euros, à un niveau similaire observé en 2015 nous explique le schéma de l’Apec. « Cette distribution traduit la forte diversité des situations de l’emploi des cadres selon les caractéristiques individuelles, la formation initiale, la nature de l’emploi occupé, le parcours professionnel ou encore les caractéristiques de leur entreprise. » A noter que la progression s’érode à partir de 50 ans.

 

Et la mobilité interne ?

 

Vous pouvez être augmenté en restant dans votre entreprise, à condition de changer de poste. Ainsi, parmi les cadres restés dans leur entreprise, certains ont connu des changements professionnels internes (21 % des cadres en poste).

« Ces mouvements ont un impact sur l’évolution de la rémunération avec 53 % des cadres mobiles en interne ayant bénéficié d’une augmentation en 2016. Et la nature de cette mobilité interne entre aussi en ligne de compte en matière d’évolution de la rémunération. Dans le cas d’un changement de poste (changement de métier, mobilité horizontale ou verticale), 62 % des cadres ont été augmentés. »

 

Mais le changement de poste peut être le fruit d’une réorganisation interne, et dans ce cas, les conditions sont moins bonnes :  changement d’établissement, de services et/ ou de département…dans ce cas la proportion de cadres augmentés tombe à 45 %. « Plus souvent à l’initiative de l’employeur, ce type de mobilité interne est fréquemment vécu lors d’une réorganisation ou restructuration de l’entreprise, contexte qui s’avère peu propice aux revalorisations salariales. »

 

* en 2016, 7 % des cadres en poste dans le secteur privé ont connu une mobilité externe. Parmi eux, 59 % ont changé directement d’employeur, c’est-à-dire sans connaître de période de chômage.

 

Source : Apec, Evolution de la rémunération des cadres, septembre 2017

https://cadres.apec.fr/files/live/mounts/media/medias_delia/documents_a_telecharger/etudes_apec/Évolution%20de%20la%20rémunération%20des%20cadres%202017-%20synthèse.pdf

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

6 entreprises sur dix envisagent de recruter

6 entreprises sur dix envisagent de recruter

Mon mari est muté à Cherbourg !

Mon mari est muté à Cherbourg !

Mon mari est muté à Saint Etienne !

Mon mari est muté à Saint Etienne !

Ecart salarial hommes femmes : l’écart expliqué et…l’inexpliquable

Ecart salarial hommes femmes : l’écart expliqué et…l’inexpliquable

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

507 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X