emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Savoir changer de secteur

 | par Gwenole Guiomard

Savoir changer de secteur
Antoine Morgaut, dirigeant de Robert Walters.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Crise oblige ou désir de changement, il peut être judicieux de changer de secteur. Mais ce n’est pas la chose la plus facile à faire en France. Cette stratégie s’avère cependant payante si l’on prend soin de se constituer des compétences transversales et interchangeables.

« Changer de secteur ? Pas facile en France ». L’outplaceur Eric Beaudouin, directeur général du cabinet   Oasys, en sait quelque chose. Tous les deux ans, sa structure analyse les pratiques des cabinets de recrutement.  « Dans notre pays, précise-t-il, les employeurs favorisent les clones. Conclusion : lorsqu’un salarié veut changer de secteur, il se place automatiquement en position d’outsider ». Ce n’est pas un scoop mais cela va toujours mieux en le sachant : le marché du travail français favorise le clonage. « En 2011, poursuit-il, un tiers des consultants en recrutement ont fait du clonage dans deux missions sur trois ». Cette tendance est d’autant plus forte que le marché du travail est défavorable aux candidats. C’est le cas actuellement. L’incertitude économique pousse employeurs et consultants en recrutement à prendre le moins de risque possible. Il n’y a pas en France de pénurie de cadres comme au Brésil ou en Allemagne. Les recruteurs français ne sont donc pas poussés à faire des compromis ou à tenter des expérimentations. Il y a pléthore de candidatures depuis plus de 20 ans. La France s’est donc habituée au clonage.

 

Rassurer le recruteur

C’est dire si les candidats au changement doivent peaufiner leur candidature. Car, dans leur position d’outsider, ils ont obligation de proposer plus d’arguments que les autres. Pour cela, ils devront parfaitement connaître les enjeux de leur futur secteur, ses grandes mutations à venir ou les enjeux technologiques. Ils devront, in fine, expliquer à leur interlocuteur en quoi sa candidature apportera un plus à l’entreprise et au secteur visés. Car il faudra, plus qu’un clone, rassurer le recruteur en lui expliquant le plus qu’il obtiendra en regard du risque qu’il prend.

Ceci précisé, « le candidat au changement de secteur, explique Antoine Morgaut, dirigeant Europe et Amérique latine du cabinet de recrutement Robert Walters (60 millions de chiffre d’affaires en 2011 rien qu’en France), doit trouver des points communs entre ce qu’il sait faire et le secteur visé. Il faudra par exemple mettre en avant les compétences linguistiques qui posent problème en France ».

 

Energie et dynamisme

Ainsi, si le candidat travaille dans la banque et qu’il souhaite se réorienter vers la pharmacie, il devra expliquer au recruteur qu’il a une expérience dans le service et la distribution spécialisée multipoint de vente. Par ailleurs, un candidat exerçant ses talents dans des fonctions supports (ressources humaines, finance, services généraux, informatique) aura plus de facilité à évoluer d’un secteur à un autre. En revanche, les hyperspécialistes auront les pires difficultés à changer de branche sauf en élaborant un tout nouveau projet professionnel et en repartant à zéro via une formation longue durée. Il est aussi plus facile de changer de secteur lorsque l’on travaille dans une entreprise multisecteur. Mais un directeur marketing d’une compagnie d’aviation peut très bien être embauché dans une société d’assurance si l’assureur a décidé de lancer une campagne de fidélisation du client basé sur des modèles très proches de ceux des « miles » aériens.

Enfin, « i l faudra mettre en avant des compétences très attendues comme la gestion de projet ou le management international, conclut Jean-Paul Brette, président du syndicat professionnel des cabinets de recrutement,   Syntec recrutement et directeur général en charge des régions et des activités banque-finance-assurance du cabinet de recrutement Hudson France. Mais il ne faut pas oublier d’évoquer les compétences comportementales qui font aujourd’hui la diff érence : enthousiasme, imagination, ouverture d’esprit, motivation. On attend d’un cadre qu’il insuffle de l’énergie et du dynamisme dans son service ».


Commentadapter son discours pour changer de secteur ?

LaurenceDebarle est responsable de la cellule pré-qualification chez Dreamsearch, uncabinet de recrutement et de chasse de tête qui réalise 80 missions par an.

« Pour adapter son profil à l’employeur escompté, il faut bien se renseignersur le profil psychologique qu’il recherche. Cela n’apparaît pas sur lesmoteurs de recherche ni dans les petites annonces. Il faut savoir lire entre leslignes. Pour changer de secteur et postuler par exemple dans la grandedistribution, je conseille d’aller sur place, en magasin, et d’essayer de comprendrecomment se comportent les vendeurs et les responsables de rayons. Il est également important de parcourir les discours des dirigeants et de lire leursinterviews dans la presse. Le candidat capte alors une façon de voir et de faire del’employeur. Ne pas hésiter non plus à interroger des salariés via les réseaux sociaux : qu’attend leur entreprise de ses employés ? Quellepersonnalité recherche-t-elle ? Quels sont les leitmotivs de la société en matière de communication ?De plus en plus, les employeurs font attention à leur « réputation employeur ». Cette dernière est très fragile. Les dirigeants recherchent donc des profils leur permettant de véhiculer une image positive de leur entreprise. Pour changer de secteur, le bon candidat aura prisconnaissance de ce que constitue cette image et fera coïncider ses compétencesprofessionnelles et comportementales à cette dernière ».

GG

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7825 offres d’emploi en ligne

Fermer X