emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

 | par Laure Martin

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec
Une crise peut survenir n’importe quand, et en tant que futurs managers, les étudiants doivent s’y préparer.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Depuis une douzaine d’années, l’Inseec School of business and economics organise, pour les étudiants en Master 2, une nuit de gestion de crise. Objectif : les confronter à des problématiques managériales avant de rejoindre le marché de l’emploi. Cette année, l’édition aura lieu malgré la crise sanitaire. Le point. 

« Les futurs acteurs de la gestion des risques et des crises doivent être formés et entraînés à agir en univers déstructuré et à réagir en situation de hautes turbulences », fait savoir l’école. C’est dans cette optique que les étudiants de dernière année s’affrontent le temps d’une nuit autour de scénarios catastrophes qu’ils pourraient rencontrer en entreprise. Chaque étudiant se glisse dans la peau d’un gestionnaire de crise ou doit imaginer au mieux une « situation catastrophe » qu’il pourrait rencontrer dans sa carrière professionnelle. 

Un challenge de toute une nuit

« Ce qui est intéressant dans notre exercice, c’est que les étudiants ne savent rien du déroulement de la soirée, indique le Pr Aziz Zraoula, référent sur cette programmation. La mise en situation débute à 21h avec un brief en amphithéâtre et ensuite, les 250 à 300 étudiants sont répartis en environ 25 groupes supervisés par une trentaine d’encadrants, assurant la fonction de modérateurs et d’arbitres. »
Jusqu’à 6h le lendemain, chaque groupe joue à tour de rôle le comité de direction d’une grande entreprise face à une crise majeure, dont le scénario est imaginé et animé par un autre groupe d’étudiants : prise d’otage, vol dans l’entreprise, incendie, virus informatique, incident sanitaire, problèmes techniques, problématiques RH, etc. Le comité de direction va alors être sollicité, provoqué, déstabilisé par les étudiants qui incarnent alternativement : un salarié mécontent, un syndicaliste, un préfet, un conseiller, un journaliste, une association de consommateurs, un actionnaire, un client insatisfait, etc.
L’objectif étant de dénouer la crise sous tous ces aspects : constitution d’une cellule de crise, réponse aux médias, stratégie de communication, etc.  À la moitié de la nuit, les rôles sont inversés en changeant d’entreprises et de scenarii. La crise est évolutive avec plusieurs rebondissements qui déstabilisent la même équipe. 

De la théorie à la pratique

L’objectif est de permettre aux étudiants d’apprendre à agir dans l’urgence, sous pression et à gérer plusieurs aspects simultanément. « Les professeurs peuvent ainsi observer le travail d’équipe des élèves sous tension, l’organisation mise en place, la capacité à communiquer au fur et à mesure que la tension augmente », rapporte le Pr Zraoula. Ces aspects renvoient aux différentes spécialités présentent au sein de la formation de l’école.
Des étudiants de l’Ecole nationale de la magistrature (ENM) sont également invités à participer en tant que juristes. « Nous organisons cette gestion de crise la nuit pour sortir des horaires de bureaux, explique le Pr Zraoula. Une crise peut survenir n’importe quand, et en tant que futurs managers, les étudiants doivent s’y préparer. Cela leur permet aussi de comprendre la prise de décision en situation de stress puisque la nuit et le manque de sommeil rajoutent certaines tensions. » Les étudiants vivent donc physiquement, mentalement et moralement une situation de tension intense car ils ne font quasiment pas de pause. « Des anciens élèves m’écrivent encore aujourd’hui pour me dire que même des années plus tard, cette simulation de crise reste un exercice très marquant pour eux », confie le Pr Zraoula. 
Cette année, crise sanitaire oblige, les professeurs sont en train d’imaginer une gestion de crise pour l’organisation de cette édition de la simulation de cette crise. « Nous devons trouver un nouveau modèle à mettre en place au cas où la crise sanitaire nous empêche de mener cette session en présentiel fin novembre », conclut le Pr Zraoula. 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Quelle place pour les femmes dans l’IT en 2020 ?

Quelle place pour les femmes dans l’IT en 2020 ?

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

463 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X