emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Suivre un stage linguistique pour adulte

 | par Gwenole Guiomard

Suivre un stage linguistique pour adulte
Jean-Luc Maury-Larribière de Silc.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
En deux semaines, c’est le minimum recommandé, un salarié peut améliorer sensiblement son niveau linguistique. Encore faut-il choisir le bon intermédiaire en France et dans le pays souhaité. Nos conseils.
En matière de séjours linguistiques, les litiges sont rares. Pour ses seuls membres, l’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques (ONGSSL) en dénombre une vingtaine par an. Pour éviter de faire partie de ces « happy few », il faut savoir prendre quelques précautions.

Pour s’y retrouver, la meilleure démarche est de choisir avec méthode son organisateur de séjour linguistique. Le premier filtre permettant d’éliminer les indélicats est de choisir un prestataire agréé. L’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques accrédite ainsi une quarantaine d’organisateurs de séjours sur les 120 existant en France. C’est une garantie à ne pas négliger. Cela ne signifie pas que les non-accrédités soient tous à rejeter mais cela assure que le prestataire visé a été contrôlé par des tiers. Ensuite, il faudra vérifier que l’école choisie dans le pays étranger est, elle aussi, accréditée par un organisme local. Pour la Grande-Bretagne, il s’agit du British Council.

Il est aussi important de faire attention au rapport qualité-prix. Le hard discount n’est pas synonyme de qualité : cette dernière a un prix. Il faut aussi savoir choisir des lieux d’immersion linguistique hors des sentiers battus. En Grande-Bretagne, l’on rencontre moins de Français dans les Midlands ou au nord du Pays-de Galles que dans les très chics avenues de South Kensington, le quartier franco-français de Londres ou à Brighton & Hoves. « En cas de problème, précise explique Stéphane Tavernier, chef de produit en séjours linguistique pour la ligue de l’enseignement, organisme accrédité ONGSSL, il faut immédiatement contacter l’organisateur sur place avec copie à l’organisateur français. Cela permet d’accélérer la résolution du différent et d‘avoir des éléments tangibles à montrer si cela ne se résout pas sur place ».

 

L’immersion

Reste ensuite à choisir la formule : l’immersion est le meilleur moyen d’apprendre vite et bien. « Cela doit durer au minimum 8 jours, commente Jean-Luc Maury-Larribière, président du conseil d’administration de Silc, un organisme agréé par l’ ONGSSL. Mais le mieux est que cela dure 15 jours ». Mais, pour être bilingue, « il faut passer de 3 à 6 mois dans le pays, explique Magali Toureille, France régional manager des agences ESL non accréditées ONGSSL. Cela correspondra à un niveau avancé. L’étudiant pourra, ainsi, presque tout comprendre y compris les expressions idiomatiques. L’important est de parler le plus possible ».

 

Son réseau

Les intérêts d’un stage linguistique pour adulte sont multiples . L’on va, bien évidemment, progresser en langue. Mais il s’agira aussi de découvrir un pays, de s’imprégner de la réalité et de la culture locale. Ce sera aussi l’occasion de développer son réseau en côtoyant des stagiaires du monde entier. On peut retrouver dans sa classe des Coréens, des Russes ou des Brésiliens.

Au niveau des coûts, un séjour en Europe (Grande-Bretagne/Allemagne/Espagne) tournera autour de 600 euros avec des cours collectifs et l’hébergement. En individuel, chez l’habitant, il faudra budgéter 1000 euros par semaine. Pour des destinations plus lointaines, les prix ne sont pas forcément plus élevés. Pour la Chine, la Thaïlande ou le Japon, les deux semaines de cours reviendront à 1300 euros. Mais il faudra rajouter les frais du transport.


 

A quoi sert l’office national de garantie des séjours et stages linguistiques ?

Gérard Deshayes est président de l’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques.

« Créé en 1997, l’Office rassemble un tiers des sociétés commerciales de séjours linguistiques en France ainsi que des associations de consommateurs et des fédérations de parents d’élèves. Cet organisme est chapeauté par une structure quasi indépendante dont les membres ne sont pas liés aux sociétés commerciales. L’Office a donc la capacité de garantir la qualité de ses membres autrement que par la simple déclaration de qualité. Notre organisme a mis en place un contrôle réalisé dans les entreprises membres et les lieux d’accueil à l’étranger via un auditeur indépendant. C’est sa première mission. Sa deuxième est d’organiser une médiation entre le public et le prestataire de séjours linguistiques. Si un client rencontre un problème avec l’une des sociétés commerciales membres de notre Office, une commission paritaire statue sur le différent et rend des avis indépendants qui s’imposent à nos membres. Il y a une vingtaine de litiges par an. S’il faut, par exemple, rembourser un client, notre avis s’impose à notre membre. S’il ne suit pas notre recommandation, il sera exclu. L’office permet aussi à ses membres d’échanger et de développer les bonnes pratiques. Enfin, il représente la profession auprès des pouvoirs publics ». G.G.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

12491 offres d’emploi en ligne

Fermer X