emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

Trois questions à Gérald Thouvignon, Directeur des Ressources Humaines chez Eiffage Construction

 | par Le Moniteur Emploi

Trois questions à Gérald Thouvignon, Directeur des Ressources Humaines chez Eiffage Construction
Trois questions à Gérald Thouvignon, Directeur des Ressources Humaines chez Eiffage Construction
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Quid du recrutement des conducteurs de travaux au sein de votre groupe ?

Le conducteur de travaux est un métier  à fort enjeu dans nos entreprises, un poste clef. La recherche est permanente, pour des postes de tout niveau, ingénieurs ou non. Nous avons recruté 170 conducteurs de travaux en 2011, dont deux tiers d’ingénieurs et un tiers de bac+3. Au départ, nous leur donnons le même cursus et bien qu’il soit nécessaire de parfaire leur apprentissage sur le terrain, sur des chantiers de taille différente, nous n’hésitons pas à confier des responsabilité à nos recrues rapidement, quel que soit leur profil. Nous veillons à développer cet esprit de responsabilité globale, afin que nos conducteurs de travaux pensent et agissent comme des patrons de PME.

Quels sont les enjeux générés par l’évolution du métier ?

Le métier s’est complexifié. Les impératifs de développement durable et de diminutions de délai ont rendu le bâtiment sophistiqué. Conséquence, les conducteurs de travaux ont davantage de missions transverses à mener à bien : agir sous contrainte des problématiques énergétiques et de sécurité, assurer le pilotage de  la sous-traitance, gérer l’aspect contractuel etc. Comme le métier est plus compliqué, nous constatons que la proportion de conducteurs de travaux dans notre effectif global augmente (13% contre 11% en 2009), mais que, le nombre de chantiers à gérer en parallèle par conducteur a quant à lui diminué. Enfin, il est bon d’ajouter que ces contraintes ont certes rendu la fonction plus difficile, mais également plus épanouissante intellectuellement.

Travaillez-vous sur la féminisation de vos effectifs ?

Bien sûr. Les écoles d’ingénieurs comptent environ 18% de jeunes femmes, nous nous efforçons donc d’en recruter dans les mêmes proportions pour pourvoir nos postes d’ingénieurs. L’importance prise par l’aspect managérial dans la conduite de travaux est à l’origine de leur récent intérêt pour la filière. En 2010, seuls 10% des postes opérationnels dans l’ensemble du groupe étaient occupés par des femmes. Leur part atteint 14% aujourd’hui. C’est un indicateur que nous suivons de très près. La présence de personnel féminin est un facteur d’équilibre dans l’entreprise.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Ciel mon mari est muté dans les Vosges!

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le cloud, le big data et la cybersécurité en quête de professionnels bien formés

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2212 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X