emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Un forum de la mixité à Paris

Un forum de la mixité à Paris
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Parce que l’arsenal législatif a peu d’effets sur les pratiques, les femmes décident de s’organiser. Des cercles, des réseaux et, le 16 décembre prochain, un forum pour promouvoir l’égalité salariale entre les hommes et les femmes se développent.

« Désormais, l’on ne parlera plus uniquement des femmes le 8 mars (journée de la femme), l’on n’en parlera aussi le 16 décembre », déclare avec un brin d’ironie, Emmanuelle Gagliardi, organisatrice du premier salon pour la mixité qui se tiendra le 16 décembre prochain, et directrice fondatrice de L/Ontop, magazine business pour les femmes.  Car c’est bien le problème avec l’égalité entre les hommes et les femmes au travail. Périodiquement, dirigeants d’entreprises, syndicats, patronats et même politiques soulèvent le sujet, y pensent, pondent une loi ou une charte, puis oublient. Bien sûr, il y a le 8 mars, journée de la femme, où pendant 24 heures, les tribuns sont nombreux pour conspuer l’inégalité salariale qui persiste entre les deux sexes.

 

Un sujet qui fait consensus

Et puis, il y a aussi, des périodes, comme en ce moment, à l’approche des présidentielle où le sujet est soulevé. Laurence Parisot se déclare en campagne contre le sexisme et déclare qu’elle va tout faire pour l’égalité hommes-femmes soit un sujet incontournable pour la prochaine présidentielle. Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste, et ex-candidate à la primaire, avait fait de l’égalité des salaires entre les deux sexes une des mesures phares de son programme. Même l’UMP, en juin dernier, avait débattu en convention sur le thème de la « place de la femme dans la société » et en avait tiré 26 propositions. Bref, le sujet fait consensus, et chacun s’offusque à son tour.

 

Des lois peu appliquées

Depuis 1946, plusieurs lois ont tenté de corriger l’écart des salaires entre la gente masculine et le beau sexe. Il y a eu notamment la loi Roudy en 1983 et plus récemment la loi de 2006 présenté par l’ancien ministre du Travail, Xavier Bertrand qui obligeait les entreprises à négocier sur l’égalité salariale avant la fin 2009. Fin 2009 est vite arrivée, et seulement 5 % des entreprises de plus de 300 salariés avaient réellement engagé des négociations avec les syndicats. D’après les dernières données du ministère du Travail, la rémunération brute totale des femmes en France est encore de 27 % inférieure à celle des hommes. Cet écart s’explique en grande partie par le temps partiel que les femmes sont plus nombreuses à subir. Mais si l’on prend deux postes équivalents à temps plein, l’écart reste de 10 %.

Nombreuses sont les femmes qui en ont eu assez d’attendre. Elles ont pris leur destin en main et se sont organisées en réseaux pour s’entraider et surtout faire entendre leur voix. Hors de question que quelqu'un parle à leur place.

 

Des réseaux et un forum

« Aujourd’hui, il y a plus de 400 réseaux de femmes en France, et une partie se joindra au salon que nous organisons le 16 décembre prochain », souligne Emmanuelle Gagliardi. Ce salon de l’emploi ( www.forumdelamixite.com) rassemblera, à Paris, 80 exposants : entreprises, réseaux de femmes, institutionnels, experts. Des exposants donc, comme dans un salon classique, pour s’informer. Il y aura également 10 ateliers pour « se former » décline Emmanuelle Gagliari. Entreprises, experts, salariées débattront sur « le recrutement » pour voir concrètement comment par exemple une entreprise peut attirer les salariées. Ils se pencheront sur la question de la promotion pour essayer d’enrayer les déperditions des femmes plus on monte dans la hiérarchie. Ils s’attarderont sur les stéréotypes qui persistent, sur le leadership féminin. Ils feront un bilan sur les actions menées par les réseaux de femmes (fortunées). Car l’entrée est, tout de même, à 80 euros. Pour celles ou ceux qui n’auraient pas pu se libérer, les conclusions du salon seront diffusées sur le site connecting- women.net.

Lucile Chevalier

 

 


Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

6134 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X