emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Une association dédiée au recrutement des personnes en situation de handicap dans l'aéronautique

 | par 

Une association dédiée au recrutement des personnes en situation de handicap dans l'aéronautique
Hanvol sélectionne chaque année environ quarante candidats sur cinq cents personnes en moyenne
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Une réflexion menée par le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) a conduit à la création de l’association Hanvol, afin de former au mieux des personnes atteintes de handicap aux métiers du secteur.

En 2010, au sein du Gifas, une réflexion a été menée sur les difficultés que peuvent rencontrer les industriels du secteur en termes de recrutement, « notamment concernant les personnes en situation de handicap », explique Jean-Pierre Ramelet, délégué général de Hanvol. Les entreprises recevaient de nombreux candidats, les obligeant à un important travail de sélection, sans pour autant parvenir à trouver les bons profils. »

Ils ont donc souhaité trouver une solution à la fois pour répondre à l’obligation de recrutement de 6 %, mais aussi pour bénéficier au mieux des compétences et aptitudes des personnes en situation de handicap. C’est ainsi qu’est née l’association Hanvol, avec l’idée de confier le sourcing et la sélection des candidats à des professionnels du secteur, principalement issues des métiers techniques.

Un parcours de recrutement par étapes

« Nous cherchons des candidats atteints de handicap, en recherche d’emploi et qui ont l’envie de se former, fait savoir Jean-Pierre Ramelet. Ils doivent être motivés et faire preuve d’un certain savoir-être. » Dans un premier temps, les membres de l’association analysent les CV des candidats pour savoir s’ils ont de l’expérience ou un diplôme technique, car 95 % d’entre eux n’ont généralement aucun lien avec les métiers de l’aéronautique. « Nous regardons la motivation mais aussi les passions, indique Jean-Pierre Ramelet. Les personnes qui ont des habilités manuelles, comme réaliser des bijoux ou des maquettes, ont un profil qui nous intéresse car cela veut dire qu’elles sont manuelles. »

Après ce premier tri sur CV, l’association s’entretient par téléphone avec les candidats retenus pour analyser leur soft skills à savoir les compétences intrinsèques à la personne : le savoir-être, la rigueur, la motivation, le projet. Si l’échange est favorable, ils sont conviés à une journée complète d’information collective. « Généralement, lors de ce rendez-vous, une ou deux entreprises se déplacent pour expliquer ce qu’elles attendent des candidats », rapporte Jean-Pierre Ramelet. Les candidats passent ensuite des tests d’habilité, de précision, de logique, de vision 3D, d’expression. « Puis nous organisons un entretien individuel, en face à face, afin de nous assurer qu’ils connaissent bien leur limite », explique le DG d’Hanvol.

Un accompagnement sur plusieurs mois

Une fois retenu, les candidats se divisent en deux profils. Tout d’abord ceux qui ont un niveau CAP,  bac voire bac +2. « Nous leur proposons un accompagnement de dix à onze semaines dans un centre de formation, explique Jean-Pierre Ramelet. Ils sont préparés à se présenter en entreprise, nous leur proposons des remises à niveau en mathématiques, en physiques, en français, en anglais technique afin qu’ils aient des bases solides. » Ils sont également amenés à réfléchir aux métiers qu’ils souhaitent éventuellement exercer. « Nous les orientons et leur faisons aussi visiter des entreprises, ajoute-t-il. Puis, lorsqu’ils sont prêts, nous envoyons leur cv et les contraintes liées à leur handicap aux entreprises qui les convoquent à un entretien si leur profil correspond à un poste. »

L’autre groupe, composé de candidats d’un niveau bac+2 et au-dessus, bénéficie d’un accompagnement de six à dix semaines sur le projet professionnel, les codes de recruteurs, les métiers accessibles. C’est principalement du coaching.

Hanvol sélectionne chaque année environ quarante candidats sur cinq cents personnes en moyenne. Vingt-quatre partent en centre de formation et seize en coaching. Le taux de placement est compris entre 70 et 80 %. 90 % vont être embauchés en alternance et 10 % en embauche directe, notamment ceux qui ont un niveau d’ingénieur.

Depuis 2010, Hanvol a placé environ 200 candidats. Les entreprises de l’aéronautique recrutent surtout des tourneurs fraiseurs, ajusteurs-monteurs mécanique, ajusteurs-monteurs cellule. Les profils de support à la production comme les préparateurs méthode sont très recherchés tout comme les ingénieurs (conception ou la production, management de production).

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Intelligence artificielle et emploi : quelles innovations dans l’avenir du travail ?

Intelligence artificielle et emploi : quelles innovations dans l’avenir du travail ?

Feriez-vous un bon expert d’assurance ?

Feriez-vous un bon expert d’assurance ?

Les entreprises à la recherche de...paveurs!

Les entreprises à la recherche de...paveurs!

Romane Igonon a reçu le prix du mérite du stand BTP!

Romane Igonon a reçu le prix du mérite du stand BTP!

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

664 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X