emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Ingénieur de production

Une grande enquête sur les ingénieurs

 | par Gwenole Guiomard

Une grande enquête sur les ingénieurs
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Pendant une semaine, Emploi-Pro publie une enquête sur le monde des ingénieurs. Recrutement, salaire, condition de travail, meilleurs cursus en France et à l’étranger, stratégie de carrière. Tout ce qu'il faut savoir sur le monde des ingénieurs sera passé en revue.

Difficile à plaindre les ingénieurs. Ils sont les « préférés » des entreprises et des recruteurs. Homme comme femme, ils plaisent aux belles-familles et aux dirigeants. De plus, dans une société en mal de repères, ils sont les garants d’un savoir-faire à la française. Quoi de mieux qu’un Polytechnicien dans une famille ou un organigramme.

Avec 60 000 recrutements de prévu en 2011, les ingénieurs constituent aussi une caste importante du monde des managers. Cela représente l’embauche de près d’un cadre sur 4. Des recrutements de haut niveau qui sont appelés à grimper dans les hiérarchies des entreprises. On les trouve au plus haut niveau des sociétés du Cac 40. On les paye grassement (52 000 euros de salaire médian en 2011 quand celui des cadres est de 33 037 €) et tout laisse à penser que l’économie française et européenne ne pourra pas se passer de ces spécialistes de la technique qui occupe des positions de management.

« Quand vont-ils tirer la sonnette d’alarme ? » 

L’horizon est donc totalement dégagé pour ce personnel. Pourtant, ici ou là, des signaux d’alerte commencent à clignoter. Dans les classements mondiaux des meilleures écoles d’ingénieurs, on s’aperçoit que les cursus français sont à la traine. « Les ingénieurs à la française sont des colosses aux pieds d’argile, persifle, sous anonymat, un dirigeant d’une société… d’ingénierie. Ils sont choyés en France, chouchouté, pouponnés. Alors, au moindre problème ou lors d’une expérience à l’étranger, toute cette organisation allant des classes prépas aux postes réservées dans l’industrie ou dans les hautes sphères étatiques, se lézarde rapidement. Les rois sont alors vite nus ». Il existe donc des problèmes dans le monde très protégés des ingénieurs. Certains se demandent comment développer des carrières d’experts. D’autres, surchargés de travail, entre deux reportings, estiment que tout cela n’a plus beaucoup de sens.   « Certains ingénieurs estiment ne plus avoir le temps de travailler correctement, explique Laurent Mahieu, secrétaire général adjoint de la CFDT Cadres et membre de la Commission des titres d’ingénieurs. A partir de quand vont-ils tirer la sonnette d’alarme ? Les anciennes générations taisaient les soucis. Mais les nouvelles s’expriment beaucoup plus ». Ce sont tous ces aspects qui vont être analysés. Bonne lecture.

 

1/ 60 000 recrutements d’ingénieurs en 2010, autant en 2011

Bon an, mal an, les entreprises françaises recrutent entre 60 000 et 70 000 ingénieurs par an. Un chiffre en augmentation qui ne devrait pas faiblir en 2012. L’économie française manquerait même annuellement de 10 000 ingénieurs. Les PME connaissent les plus grandes difficultés à trouver ces perles rares.

 

2/ Pourquoi le recrutement des ingénieurs va perdurer

François Frantz est directeur d’Accetis international, un cabinet de recrutement spécialisé dans l’embauche des ingénieurs. C’est l’un des meilleurs spécialistes français de ce marché très particulier. Il explique pourquoi le recrutement des ingénieurs est au beau fixe et pourquoi cela va perdurer.

 

3/ L’adaptabilité est la compétence essentielle d’un ingénieur

Outre son diplôme, les entreprises demandent aujourd’hui aux ingénieurs d’être adaptables. Cela passe par les doubles compétences techniques et managériales, expertise et recherche, la transculturalité et un savoir-faire en communication.

 

4/ Mes conseils en stratégie de carrière

Julien Roitman est le président du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France. Il précise quelle est la meilleure stratégie qu’un ingénieur doit suivre pour progresser dans sa carrière.

 

5/ Des classements d’écoles d’ingénieurs très discutés

Difficile de s’orienter dans la jungle des quelque 400 écoles d’ingénieurs et autres universités françaises. Pourtant, de nombreux classements existent mais aucun n’est véritablement indépendant. Alors, la meilleure stratégie est de s’appuyer sur plusieurs hit-parades pour faire son choix tout en se rappelant que les meilleurs cursus en ingénierie ne résident pas en France.

 

6/ Pourquoi opter pour une école par apprentissage 

Sonia Jeanson est directrice adjointe de l’enseignement à l’ISEP. L’institut supérieur d'électronique de Paris dispose d’une filière par apprentissage depuis 1997. Ce cursus en deux ans améliore l’insertion professionnelle des étudiants.

 

7/ Un salaire moyen tournant autour de 52 000 euros brut par an

Selon l’observatoire des ingénieurs, le salaire médian 2011 de l’ingénieur est de 52 000 euros par an. C’est trois fois plus que la rémunération médiane des Français.

 

8/ 31 500 euros brut par an pour la passion

Baptiste *, 23 ans, est passionné d’automobile. Ingénieur depuis 2010, ll a « galéré » pour intégrer le secteur automobile. Il touche 31 500 € brut par an chez une société d’ingénierie liée à Renault et veut être augmenté.

 

 9/ Savoir reconnaître une entreprise « ingénieuro-accueillante » ?

Les ingénieurs souhaitent également travailler dans des entreprises accueillantes. Comment alors les repérer ? Il faut croiser les sources expliquent deux experts.

 

10/ Pour la CFDT, « pas le temps de travailler correctement »

Laurent Mahieu est secrétaire général adjoint de la CFDT Cadres et membre de la Commission des titres d’ingénieurs. Pour lui, les ingénieurs n’éprouvent pas d’insatisfaction notoire. Mais ils commencent à se demander si leur travail est satisfaisant.

 

11/ Comment devenir PDG ?

Gérard Charbonnier est directeur Emploi et compétences de Spie Batignolles. Son entreprise devrait embaucher 100 ingénieurs en 2012. Elle a pour tradition de promouvoir ses salariés jusqu’aux postes de direction générale.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

1440 offres d’emploi en ligne

Fermer X