emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Une nouvelle chaire pour accompagner les PME dans leur transition technologique

 | par 

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

L’école d’ingénieurs Grenoble INP-Génie industriel et l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) de l’Ain ont démarré en octobre une chaire portant sur la « Transformation 4.0 » des PME.

« Nous travaillons avec l’UIMM de l’Ain depuis plusieurs années. Leurs membres participent au forum annuel des entreprises de l’école et nous prenons part aux ateliers de l’UIMM sur la performance industrielle, le partenariat client-fournisseur ou encore l’innovation », rapporte Fabien Mangione, enseignant-chercheur à Grenoble INP-Génie industriel et co-titulaire de la chaire Transformation 4.0. Avec la création de cette chaire commune en octobre, qui a pour sujet l’évolution des PME, l’école et la fédération ont souhaité aller plus loin dans leur partenariat et travailler ensemble sur les changements du monde industriel.

Réflexion conjointe

« Le principe de la chaire est de pouvoir engager des ressources. Nous allons notamment embaucher deux ingénieurs, qui auront pour objectif de proposer une méthodologie de déploiement de l’industrie 4.0 et de regarder quels sont les besoins en formation pour effectuer cette transition », explique Fabien Mangione. A l’école, une partie des cours portent déjà sur des thématiques liées à l’industrie du futur. « Nous voulons gagner en compétence sur le sujet », reprend Fabien Mangione. La chaire conduira à la fois à la mise en place d’unités d’enseignement à l’école et à des stages courts, à l’attention des PME.

Modifier la chaîne de production

« La transformation 4.0 est liée au fait qu’aujourd’hui, les clients veulent des produits personnalisés. Les PME s’interrogent sur la façon d’industrialiser ce type de production », indique Fabien Mangione. Ces nouveaux besoins créent de nouveaux enjeux sur la conception même du produit, sur le système de production qui doit être flexible, et doit prendre en compte l’arrivée des technologies comme l’impression 3D ou la digitalisation. « Notre réflexion porte aussi sur l’organisation de la chaîne. Nous allons déterminer les modifications majeures pour le secteur de la métallurgie, analyser les enjeux des nouveaux outils de gestion de l’information et les bénéfices que les PME peuvent en retirer. En effet, un produit peut transmettre des informations tout au long de son cycle de vie, de la conception à son recyclage. Nous leur proposerons une aide pour conduire cette évolution, tout en formant en parallèle les futurs ingénieurs », reprend Fabien Mangione.

Démarchage

« Sur le terrain, nous accompagnons les entreprises et les orientons vers les différents projets du territoire, comme la chaire montée avec Grenoble INP », appuie aussi Marie-Hélène Lebranchu, secrétaire générale de l'UIMM de l'Ain. Les responsables de la chaire ont déjà été contactés par des PME qui souhaitent participer au projet. « Face à ces transformations, elles sont encore dans le flou et elles souhaitent apprendre à  déployer de nouveaux modèles économiques », analyse Fabien Mangione. La Chaire est financée par le fonds pour l’innovation dans l’industrie de l’UIMM (lire encadré) à hauteur de 348 000 euros sur les 900 000 euros du projet, et par les collectivités territoriales.

 

 

« Il faut connecter les PME aux projets locaux »
Denis Boissard, directeur de projets de l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM)


« Nous avons mis en place le fonds pour l’innovation dans l’industrie il y a huit ans. Il soutient les 60 UIMM locales qui créent des partenariats avec des écoles d’ingénieurs, de management, des laboratoires de recherche universitaire, des centres techniques industriels, dans l’idée de répondre aux besoins des PME.

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises n’innovent pas car elles n’ont pas toujours les compétences en interne et ne savent pas à qui s’adresser. Le fonds permet donc de connecter les PME aux projets locaux. Nous dénombrons une dizaine de chaires sur le territoire, par exemple, une chaire qui associe l’UIMM Lorraine et les Arts et Métiers de Metz sur les systèmes de production reconfigurables, ou une autre entre l’UIMM Champagne-Ardenne et l’Université de Reims sur les matériaux.

En huit ans, nous avons financé une centaine de programmes d’innovation, à hauteur de 22 millions d’euros. Nous intervenons en co-financement sans dépasser 50 % de la somme globale et généralement, c’est la région qui finance le reste. »
 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Bâtiment : où sont les femmes?

Bâtiment : où sont les femmes?

Le « verdissement » des métiers gagne du terrain

Le « verdissement » des métiers gagne du terrain

Le BIM en pratique chez Demathieu Bard

Le BIM en pratique chez Demathieu Bard

Une nouvelle approche pour dynamiser les ressources humaines

Une nouvelle approche pour dynamiser les ressources humaines

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

1635 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X