emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution, Les salaires de la grande distribution

Vendeur en bijouterie : marchand de rêve, raffinement et savoir-faire

 | par 

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Bonne présentation et connaissances en horlogerie et matières précieuses obligatoires: vendre en bijouterie est un métier exigeant. Mais le salaire n'est pas toujours à la hauteur.


«Un bijou bien présenté est à moitié vendu.» Denis Kirchner sait de quoi il parle : à 37 ans, ce vendeur en bijouterie a déjà près de vingt ans de carrière, dans des boutiques traditionnelles, tout d'abord, puis en galeries marchandes. Il est actuellement responsable de la bijouterie Doria, dans la galerie E.Leclerc de Moisselles (Val-d'Oise) : il encadre trois vendeurs et trois apprentis, en suivant de près les développements de cette petite enseigne qui connaît aussi un grand succès sur internet. Titulairedu même BEP vente et action marchande, option bijouterie, Sébastien Genetier, 31 ans, est lui aussi responsable de magasin : la bijouterie-joaillerie Milor, à Saint- Mandé (Val-de-Marne), dans laquelle il a débuté en tant que vendeur il y a une dizaine d'années. Mais il a d'autres projets : après avoir découvert la création -«j'adore transformer des bijoux anciens», explique-t-il -, il aimerait créer sa propre affaire.

La filière désertée

Ces deux parcours illustrent les options de carrière proposées aux vendeurs en bijouterie : le management d'un côté,la création d'entreprise de l'autre. Le problème est que les places sont rares et chères:«Un bon vendeur n'est pas forcément un bon manager», prévient Guy Subra, fondateur de l'enseigne de bijouterie Le Donjon, née à Toulouse, qui compte aujourd'hui 24 points de vente à travers la France. Résultat: de nombreux vendeurs - et vendeuses, surtout, puisque la profession est féminine à 80% - finissent par quitter le métier pour trouver des perspectives de carrière et un salaire plus motivants. La filière se retrouve ainsi en quête perpétuelle de personnels qualifiés! Certes, en sortant des formations spécialisées, les jeunes diplômés n'ont aucunmal à trouver un poste. Ils sont souvent embauchés par l'employeur qui les a accueillis durant leur apprentissage. «Les vendeurs arrivent sur le marché du travail avec un BEP ou un bac et les connaissances de base en matière de bijoux, de pierres précieuses et d'horlogerie, détaille Pierre Burnet, président de la chambre syndicale HBJO (horlogers, bijoutiers, joailliers, orfèvres) de la région parisienne. Quand ils débutent, ils sont généralement affectés aux services (gestion des réparations) et à la mise en rayon. Il faut une certaine maturité et de la confiance en soi pour passer au conseil du client.» L'achat d'un bijou est en effet un acte émotionnellement et... financièrement impliquant pour le client, «qui a parfois son bijoutier de famille depuis plusieurs générations ! Ce qui ne l'empêche pas de s'offrir, de temps en temps, un petit plaisir dans un Manège à Bijoux», poursuit Pierre Burnet. Les bijoutiers traditionnels (qui exploitent 80% du parc français de 8 000 points de vente) n'ont plus peur de la grande distribution, dont la part de marché plafonne à 14%. «Les hypermarchés ont démocratisé le bijou, mais ils ne font pas le même métier que nous, commente Guy Subra. Prendre un ticket pour se faire servir, comme à la boucherie, ça ne fait pas rêver ! La grande distribution pratique une vente essentiellement visuelle, dans laquelle les vitrines jouent un rôle essentiel : les vendeurs ne sont là que pour emballer, faire payer et rassurer le client.» Ce qui explique les différences de paniers moyens: 30 € dans la grande distribution, 150 € chez un bijoutier traditionnel et 500 € chez un joaillier. À mi-chemin entre la bijouterie traditionnelle et la grande distribution, les enseignes spécialisées (Histoire d'Or et Marc Orian, notamment) jouent la carte de la vente visuelle, avec des vitrines très soignées, pour susciter l'achat coup de coeur, tout en donnant de véritables perspectives de carrière à leurs salariés et en les formant à la vente-conseil.

Une bonne dose de savoir-être

La vente de bijoux repose en effet sur des techniques spécifiques, que Sophie Lemens enseigne depuis une vingtaine d'années en BEP et en bac professionnel commerce de luxe et bijouterie, à Négocia. «Nous enseignons un savoir faire: des connaissances en matière de métaux, poinçons, techniques de fabrication, sertissage et polissage, etc. Mais le savoir-être est aussi essentiel : un bon vendeur doit être élégant, méticuleux et patient, avoir du tact, du savoir-vivre et de la discrétion. Nous les aidons à travailler leur attitude : se lever quand le client entre dans le magasin, l'inviter à s'asseoir, ne jamais garder les bras croisés, présenter les bijoux sur un plateau, puis les essuyer avant de les ranger.» Autre technique de base : ne présenter qu'un nombre impair de bijoux (trois, ou cinq au maximum) «pour s'assurer en un clin d'oeil que rien n'a disparu». En bijouterie, la notion de sécurité reste en effet essentielle. Si les vitrines sont organisées avec un soin du détail frôlant l'obsession, bannissant «une montre qui n'est pas à l'heure, de l'argenterie qui ne brille pas, un bijou avec des traces de doigts, qui traduisent un manquent de rigueur», explique Denis Kirchner, ces mêmes vitrines sont aussi remisées chaque nuit au coffre pour éviter de tenter les cambrioleurs...

Sabine Germain



L'essentiel de la fonction

Les formations
> La plupart des formations spécialisées se font en apprentissage, au niveau BEP ou bac pro : lycée professionnel Jean-Guehenno de Saint-Amand-Montrond (Cher), fief historique de la bijouterie française, Négocia, CFAde Saumur (Maine-et-Loire), de Haute-Garonne, d'Eschau (Bas-Rhin), Stephenson à Paris...
> Faute de professionnels qualifiés, de nombreux bijoutiers recrutent et forment eux-mêmes leurs vendeurs.

La rémunération annuelle
> Base conventionnelle : le Smic sur douze mois et demi (avec prime d'ancienneté).
> 15 000€ brut annuels pour un vendeur confirmé.
> De 22 000€ à 25 000€ brut annuels pour un premier vendeur (commissions et primes comprises).

Les missions
> Il accueille les clients et les conseille, généralement au cours de ce que l'on appelle une «vente assise».
> Il assure le service après-vente en procédant lui-même aux petites réparations ou en conseillant les clients pour les interventions plus importantes.
> Il procède à la mise en rayon : par sécurité, de nombreux bijoutiers vident chaque soir les vitrines et rangent tous leurs produits dans le coffre.

Les évolutions possibles
> Premier vendeur, puis responsable de magasin.
> Certains vendeurs finissent par ouvrir leur propre bijouterie ou par s'orienter vers la création de bijou.
> D'autres abandonnent la profession par manque de perspectives d'évolution.



© Guillaume Rivière / Odessa

«Travailler dans un cadre élégant, vendre du bonheur à ses clients, c'est toujours gratifiant ! Mais attention: vendre des bijoux n'est pas facile.Cet achat représente un enjeu émotionnel et financier important pour des clients qui ont besoin de beaucoup de conseil et d'écoute.»
Izabela Goliez, 35 ans, vendeuse dans la bijouterie Le Donjon, au centre commercial E.Leclerc de Blagnac (Haute-Garonne).

Son CV
? Maîtrise de littérature française en Pologne. Finance ses études en travaillant dans une bijouterie.
? 1996 : arrive à Toulouse pour terminer ses études et devenir professeur de français.
? 1999 : trouve un poste de vendeuse dans une bijouterie joaillerie traditionnelle (La Gerbed'or) qui la forme durant six mois.
? 2003 : intègre le réseau Le Donjon (23 bijouteries à travers la France)
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

395 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X