emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Y'a-t-il un âge idéal pour recevoir une formation ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Y'a-t-il un âge idéal pour recevoir une formation ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Michel Muller, directeur du cabinet Blique-Actimum, il peut y avoir plusieurs raisons de refuser une formation : « Les gens de 50 ans sont bons dans leurs métiers, déjà formés. Or, le budget de formation n'étant pas extensible, la priorité est donnée aux jeunes dont on estime qu'ils ont de plus gros besoins. »
Mais la refuser en raison de l'âge du collaborateur est une erreur de management : « Les quinquagénaires d'aujourd'hui sont plus dynamiques, plus impliqués dans l'entreprise que ceux d'il y a 20 ans. Les traiter mal, c'est leur faire prendre conscience qu'ils sont vieux et les conduire à se désinvestir. »
L'employeur a donc intérêt à motiver son refus : « Il doit bien expliquer que ce n'est pas lié à l'âge, mais à un arbitrage entre deux collaborateurs. Ou proposer de repousser la formation dans le temps ou montrer que cette formation a un objectif personnel et qu'elle doit être faite sur un moment hors du temps de travail. »
Le collaborateur lui-même ne doit pas argumenter sur son âge : « Ce n'est pas parce que l'on
a 15 ans d'ancienneté que l'on mérite une formation. Il faut montrer à son employeur que celle-ci a un intérêt pour le salarié, mais aussi pour l'entreprise. Et qu'il y aura, pour cette dernière, un retour sur investissement. »

Conclusion

« Les quinquagénaires occupent une place de plus en plus importantes dans les entreprises, reprend Michel Muller. La moyenne d'âge des départs est de 57 ans et elle devrait s'allonger : à 50 ans, le salarié va encore travailler au moins 7 ans et dans la même entreprise compte tenu d'un marché du travail peu favorable, soit davantage qu'un « jeune ». Refuser une formation, c'est lui dire qu'il n'est plus rentable et le démotiver. Et c'est renoncer à l'investissement fait depuis qu'il est arrivé dans l'entreprise. »
 

Comment ça se passe chez Balaton

Arnaud est en vacances ? Ça fait au moins trois jours que je ne l'ai pas vu... »
Stéphane Bertier, le responsable du service après-vente de Balaton, avait fait son apparition dans le local des commerciaux comme tous les matins dans l'espoir de se faire offrir un café. Ce jeudi, le plateau était quasiment désert : seuls Xavier Fournier et Bérangère travaillaient. Ce fut cette dernière qui lui répondit distraitement :
« Non, il est en formation... pour la semaine... »
En entendant ça, Bertier se contenta de lâcher :
« Ah, il y en a qui ont de la chance... »
Mais Bérangère avait senti que le sujet était sensible :
« Tu as l'air un peu amer... Tu avais demandé quelque chose et on t'a dit non ? »
A ce moment-là, Stéphane Bertier libéra sa rancoeur :
« Non seulement, je n'ai rien eu... Mais en plus Lambert m'a bien fait comprendre qu'à mon âge, ça ne valait plus le coup de payer des formations... Et qu'il valait mieux investir sur des gens comme Arnaud qui ont la trentaine et un grand avenir dans cette boîte plutôt que sur des vieux schnocks de 50 balais comme moi... »
Bérangère qui savait que Bertier avait souvent tendance à exagérer, surtout lorsqu'il s'agissait de ses relations conflictuelles avec Sylvain Lambert, son responsable hiérarchique, essaya de le tempérer :
« C'est sans doute pas pour ça qu'il te l'a refusée... Tu sais, moi non plus je n'en ai pas eu... mais l'année dernière, oui... Il faut bien tourner...
- Tatata... Ça fait quatre ans que je n'ai pas eu de formation... Alors, je devrais être un peu prioritaire... Et puis, je n'ai pas demandé un truc extraordinaire... Juste quelques heures d'anglais...
- Ah, ben voilà... Il a dû estimer qu'à ton poste tu n'avais pas vraiment besoin de l'anglais...
- Tu plaisantes ? Je reçois de plus en plus de mails et de coups de fil en anglais... Comme je le comprends à peine, je suis obligé de demander à une assistante de me traduire les messages, puis la réponse... Sans pouvoir être sûr qu'elle utilise le bon vocabulaire car c'est parfois un peu technique... Enfin, bref, c'est un vrai bazar... Et, voilà que lorsque je veux me mettre au niveau, Lambert m'explique que, vraiment, je suis trop vieux... »
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8666 offres d’emploi en ligne

Fermer X